« Il veut le combat et la défaite » : François Bayrou s’obstine… Emmanuel Macron laisse faire

François Bayrou poursuit son combat pour la dose de proportionnelle, envers et contre tout. Et à l’Élysée, selon un conseiller du pouvoir récemment cité par Paris Match, Emmanuel Macron refuse de lui faire barrage.

A propos de

  1. Emmanuel Macron

  2. François Bayrou

L’avertissement de Patrick Mignola a été clair : “le Béarnais est têtu.” Et alors que François Bayrou insiste pour que la promesse d’une dose de proportionnelle aux élections législatives de 2022 soit respectée, Emmanuel Macron ne lui barre pas la route. “Bayrou veut le combat et la défaîte”, a récemment avancé un conseiller de l’Élysée auprès du magazine Paris Match. “S’il y a une proposition de loi, on l’accompagnera.” Une parole aux airs de défi : ce mardi 9 février, le président du groupe MoDem à l’Assemblée nationale a déposé une proposition de loi afin d’introduire ce nouveau scrutin aux prochaines élections législatives. Patrick Mignola propose que cette proportionnelle soit instaurée dans un nombre restreint de départements.

Le lendemain, Gabriel Attal a fait savoir que le président de la République estime qu’il s’agit d’“un débat important” qui doit “se poursuivre.” François Bayrou, fragilisé en ce début d’année 2021 après avoir perdu son bras droit, a donc la bénédiction du chef de l’État pour aboutir à ses fins. Mais aussi celle d’autres chefs de parti comme Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Le camp présidentiel reste le seul à convaincre. Une course contre la montre dans laquelle “Highlander” – comme il a pu être surnommé – redouble de ténacité. Il est interdit de modifier un mode de scrutin dans l’année qui précède une élection. Le Haut-commissaire au plan a donc jusqu’aux mois de mai et de juin 2021 pour défendre la dose de proportionnelle avant qu’il ne soit trop tard pour les élections législatives de 2022. Promesse de campagne qu’Emmanuel Macron s’est engagé à tenir en 2017 en échange du ralliement du maire de Pau durant la course à l’Élysée et qui, jusqu’à présent, a été oubliée.

“Quelques jalousies” en interne

Si la majorité est favorable à la dose de proportionnelle, son adoption immédiate peine à convaincre, faute de temps. Mais la relation privilégiée que Emmanuel Macron entretient avec François Bayrou fait aussi grincer des dents au sein de LREM. “Le rôle qu’il a auprès d’Emmanuel Macron est tout à fait particulier et spécifique, cela suscite quelques jalousies, a confié une source à nos confrères du Point. Un lien qui pousse le locataire du 55 rue du Faubourg Saint-Honoré à tout accepter du président du Mouvement démocrate ? Les faits le prouveraient en coulisses et leurs échanges réguliers en semaine ne font que confirmer cette lien complice. Il encouragerait même le chef de l’État à “chouchouter” l’homme politique aux yeux de certains proches du pouvoir.

Crédits photos : PATRICK BERNARD / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet