"J'aurais voulu être enceinte" : Hélène Darroze évoque ses regrets et le rôle joué par Laeticia Hallyday

Dans son édition du 23 août 2021, le journal Libération a consacré un portrait à Hélène Darroze. La cheffe s’est notamment confiée sur l’adoption de ses deux filles et sur ses regrets concernant la maternité.

L’année 2021 a déjà été riche en évènements pour Hélène Darroze. Au printemps dernier, la cheffe a glané sa deuxième victoire consécutive dans Top chef en accompagnant Mohammed Cheikh qui a remporté la compétition face à Sarah Mainguy. “C’est un garçon élégant, bienveillant, un très bon cuisinier, qui mérite cette reconnaissance.“, explique-t-elle. Touchée par la crise sanitaire et la fermeture de ses établissements, la grande copine de Laeticia Hallyday a régulièrement pris la parole en appelant notamment le pouvoir à revoir le montant des charges sociales imposées aux patrons. À ce sujet, la propriétaire de plusieurs restaurants se positionne bien sûr du côté de ses collègues chefs d’entreprise. “En même temps, sur l’économie, j’ai un point de vue très libéral en tant que cheffe d’entreprise“, indique-t-elle à nos collègues de Libération. “On ne parle pas assez de la reconnaissance du travail. Je me sens socialiste dans l’âme parce que j’aime la justice sociale, aider les gens.”, raconte cette petite-fille d’un communiste, d’une socialiste et d’un couple de droite.

Hélène Darroze exprime ses regrets sur la maternité et raconte son processus pour adopter

Lundi 23 août 2021, Libération a publié un long portrait de la cheffe dans lequel elle raconte son parcours professionnel mais aussi son parcours de mère. Hélène Darroze est en effet la mère de deux filles, Charlotte, 14 ans, et Quitterie, 11 ans, adoptées au Vietnam. “J’ai toujours voulu adopter, depuis que je suis ado“, explique-t-elle avant d’ajouter : “J’aurais bien voulu être enceinte aussi, mais à partir du moment où je n’avais pas un homme avec qui j’avais envie de construire ça…” Lors de ce long processus d’adoption, la jurée de Top chef a aussi et surtout sympathisé avec Laeticia Hallyday, passée par là elle aussi avec Johnny Hallyday. “L’adoption nous a beaucoup rapprochées. C’est long, l’agrément, neuf mois, comme une grossesse. Elle m’a donné de bons conseils”, se rappelle la cheffe. “La première réunion à la Ddass, je me suis dit que je n’y arriverais jamais, ils vous détruisent le moral ! Je l’ai appelée, elle m’a soutenue.”

À voir aussi : Laeticia Hallyday : la mésaventure de sa meilleure amie Hélène Darroze

Source: Lire L’Article Complet