La peur de la fuite ? Pourquoi Emmanuel Macron adore le Conseil de défense

Emmanuel Macron a fait du Conseil de défense un outil privilégié dans la gestion de l’épidémie de Covid-19. Pour l’opposition, le recours à cette vieille instance témoigne d’un manque de transparence de la part du gouvernement, souligne Le Monde.

C’est devenu un rituel. Pendant des années, le Conseil de défense et de sécurité nationale (CDSN) était relégué aux oubliettes. Dans le cadre de la crise sanitaire du coronavirus, Emmanuel Macron a décidé de le remettre au premier plan. Depuis le début de la propagation du virus, il y aurait eu une quarantaine de Conseils de défense, précise Libération. C’est dans ce cénacle situé dans le salon Murat à l’Élysée, que le chef de l’État et une dizaine ou d’une vingtaine de participants, prennent les mesures importantes dans le but d’endiguer l’épidémie de Covid-19. Les mardi 27 et mercredi 28 octobre, deux Conseils de défense ainsi qu’une réunion de crise autour de Jean Castex s’étaient tenus et avaient débouché sur l’allocution du président de la République, annonçant la mise en place d’un deuxième confinement. Ce jeudi 12 novembre, un nouveau rassemblement autour du pensionnaire de l’Élysée est prévu dans la matinée, suivi d’une conférence de presse du Premier ministre, afin de réévaluer les mesures.

Selon son entourage interrogé par Le Monde, Emmanuel Macron apprécie vivement le caractère “très opérationnel” du Conseil de défense, qui se tient en plus petit comité que le conseil des ministres. À la fin de ces réunions, c’est toujours le président de la République qui a le dernier mot. Et il semblerait que l’époux de Brigitte Macron tienne à la confidentialité des conversations. En effet, les participants sont tenus au secret-défense. “Il y a besoin d’un endroit où l’on puisse tout mettre sur la table”, a expliqué un ministre cité par nos confrères, tandis qu’un autre a confirmé : “L’avantage, c’est que l’on peut tout s’y dire. Et cela ne fuite pas.” Ce serait donc ça qui se cache derrière ces réunions à répétition ? La peur de la fuite ?

Une instance jugée opaque

L’opposition y voit surtout un manque de transparence de la part de l’exécutif, souligne Le Monde. Pour le député EELV Yannick Jadot, Emmanuel Macron “décide seul avec quelques conseillers”. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il a comparé le Conseil de défense à un “comité secret” autour d’Emmanuel Macron pour “se protéger judiciairement” et “mettre tout le monde à l’abri”, le mardi 3 novembre. Dans la salle des Quatre Colonnes de l’Assemblée, le leader de La France Insoumise – qui a confirmé sa candidature à l’élection présidentielle de 2022 – a déclaré : “Il ne rend compte à personne et n’informe personne des décisions qu’il a prises” et “les personnes qui le composent sont donc placées hors de tout recours devant la Haute cour de justice”, a indiqué l’AFP. Et de lâcher : “Pourquoi une invention pareille a-t-elle fini par se substituer à quasiment tous les organes constitutionnels de prise de décision ?”. Toutefois, le juriste spécialiste du droit constitutionnel Jean-Philippe Derosier a tenu à rappeler que le secret-défense “n’empêche pas les poursuites, sa levée pouvant être demandée par un juge”. Quoi qu’il en soit, la stratégie d’Emmanuel Macron n’a pas fini de faire couler de l’encre…

Article réalisé en collaboration avec l’agence 6Médias.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet