L’album d’Adèle dézingué par la critique : qu’est-il arrivé à sa voix ?

Pour son 4ème album, sorti ce 19 novembre, la diva s’en prend plein les cordes vocales avec les critiques français. Faut-il y voir un éventuel impact de sa perte de poids sur sa voix, son changement de maison de disque ou d’une inspiration un peu monocorde tournant essentiellement autour de son divorce?

Alors que ce vendredi 19 novembre vient de sortir « 30 » qui fait suite à « 19 «  en 2008, « 21 » en 2011 et « 25 » en 2015 (les âges respectifs auxquels elle a enregistré ses différents opus), le nouvel album d’Adele fait grincer les dents des critiques. Le Parisien titre sur un résultat « décevant » tandis que le Figaro se plaint d’une « voix sans surprise » avec des tempos lents qui laissent s’installer une forme d' »ennui« . Le Monde évoque « une réussite inégale« . Pour Télérama il est carrément question d' »Un goût de soufflé qui retombe ». Et pour Libération la star « finit par ployer sous le poids des attentes immenses placées sur ses épaules« .

Bref, la catastrophe parait industrielle selon tous les commentateurs qui s’accordent à penser que l’inspiration autobiographique de la chanteuse, très affectée par son divorce, ne l’aide pas à sortir de la banalité, loin s’en faut. Il est vrai que les lamentos sur les pensions alimentaires manquent parfois de grandeur, mais c’est la vie. Et celle d’Adèle, séparée à grand frais en 2019 de Simon Konecki, ne passionne plus, en tout cas en musique. Car côté magazine, en revanche, où on célèbre tantôt sa romance passionnée avec l’agent sportif Rich Paul ou sa perte de poids record dont elle s’est souvent ouverte pour dire qu’elle ne résultait pas d’un régime, elle cartonne en tant que « star de proximité » au comportement foncièrement sympathique et proche de son public.

Délestée de 45 kilos depuis presque trois ans, Adèle aurait-elle laissé son « coffre » dans sa quête de la minceur ? L’orthophoniste Célia Pierre nous détrompe : «Ce que modifie le changement de poids, c’est son rapport à soi, à sa propre voix et à son schéma corporel vocal, à ses repères respiratoires, vibratoires, auditifs et musculaires (…) Sans rentrer dans des détails trop précis, si l’on a une distension abdominale, c’est-à-dire un gros ventre, le diaphragme, qui est une espèce de coupole, de dôme faisant la séparation entre la cage thoracique et les viscères, va remonter, être positionné plus haut que lorsque l’on a un volume abdominal moins important. Cela maintient les côtes ouvertes, donc l’air que l’on ne peut pas prendre en bas, on va le prendre en haut (…) Maria Callas en son temps a perdu énormément de poids en fin de carrière, et elle a gardé les mêmes qualités vocales ».

Adèle a-t-elle vendu son âme au diable en changeant de maison de disque ?

Une fois l’hypothèse de l’impact de la minceur écartée, reste à se poser la question de l’énorme transfert qui a permis à Adèle de passer du label indépendant XL Recordings à Sony Music pour 117 millions d’euros en 2016. Adèle, qui venait de devenir en 2015 la chanteuse ayant vendu le plus de disques au monde et ayant battu le record de vues d’un clip sur Youtube – un milliard en 88 jours avec « Hello » – aurait-t-elle vendu son âme au diable en signant le plus gros contrat jamais établi pour pour une artiste féminine ? Les Américains ont-il voulu changer la british girl en machine à tubes ? Il semblerait que non puisque, avec « 30« , la star continue de faire primer sa voix et ses paroles sur les effets de style en vogue sans abuser de l’Autotune, ce logiciel qui modifie le timbre, et a obtenu sans problème de continuer de travailler avec le réalisateur et compositeur de « Hello » l’Américain Greg Kurstin.

Non, ce qui chagrine les contempteurs actuels de la star à l’unisson restant l’absence de tube marquant et la platitude des chansons, le constat est sans appel pour celle qui a écrit « Skyfall » ou « Hello »… le défaut de son nouveau disque vient d’un léger coup de moins bien. Quand on a reçu autant de lauriers qu’Adèle, multi-récompensée, difficile de ne pas se reposer sur eux. Quoi qu’il en soit, en attendant de faire mieux, Adèle aura de quoi se consoler des mauvaises critiques auprès de son public.

Celui-ci, de son côté, continue de la plébisciter d’autant plus et se montre d’autant moins sévère envers sa chouchoute qu’elle ne lésine pas – d’Oprah Winfrey à Léa Salamé – sur la partie promotionnelle de son job. Une autre façon, après tout, de faire entendre sa voix…

Crédits photos : Backgrid UK/ Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet