Le prince Charles jugé responsable de « tout ce qui a mal tourné au cours du règne d’Elizabeth II »

Le prince Charles est au coeur des polémiques. Dans une interview accordée à Point de vue, ce mercredi 8 septembre, le célèbre biographe Robert Lacey pointe du doigt, l’époux de Camilla. Selon lui, le futur roi est responsable de “tout ce qui a mal tourné au cours du règne d’Elizabeth II”.

Blâmé dans tous les sens, le prince Charles en prend pour son grade. Perçu comme un être capricieux et hautain, le fils d’Élizabeth II est bien souvent au cœur des polémiques. Fils aîné et futur roi d’Angleterre, le prince de Galles est également jugé responsable de “tout ce qui a mal tourné au cours du règne d’Élizabeth II”, d’après le célèbre biographe et auteur de Guerre royale, Robert Lacey.

Interviewée par Point de vue sur la sortie de son livre choc, consacré à la rupture entre les princes Harry et William, l’historien ne mâche pas ses mots : Tout ce qui a mal tourné au cours du règne d’Élizabeth II est venu de son fils aîné (..) aujourd’hui avec William et Harry, nous avons les conséquences de cette désintégration”, explique-t-il dans cet entretien inédit, dévoilé ce mercredi 8 septembre.

Charles s’est rapproché de son aîné William

Sévère à son égard, il en tire quelques conclusions hâtives : “Tous les deux ont dit que les troubles psychologiques qu’ils avaient connus venaient de la guerre entre leurs parents” explique-t-il. D’après l’historien, son mariage “cyniquement arrangé” avec Diana et sa relation avec Camilla ont eu un impact prépondérant sur les relations de la famille royale : “Je pense que si elle n’avait pas été là, et je ne la blâme pas, le prince de Galles aurait davantage essayé de faire tenir son mariage”, assure-t-il durant l’échange accordé à nos confrères. Si leur relation s’est dégradée au fil des années, Charles de Galles et sa belle-fille s’entendaient à merveille : “Le prince a accueilli Meghan dans la famille avec plus d’enthousiasme que n’importe qui d’autre”, assure-t-il.

Bâton de vieillesse de Megan, l’héritier l’a même conduite à l’autel lors de son mariage. Mais l’auteur ne jette pas entièrement la faute sur le dos du prince : “Charles a été le seul qu’ils aient blâmé. Il le mérite, mais pas de porter seul tout le poids de la faute”, explique-t-il,“Charles ici est victime d’une injustice.” Selon lui, la disparition de Diana est également à l’origine des tensions entre Charles et son deuxième fils Harry : “Il sert d’exutoire à la colère que son plus jeune fils ressent aussi à l’égard de sa mère (…) on a l’impression que la guerre entre les deux frères est devenue une guerre entre le plus jeune des deux et son père”, conclut-il. Au bout du compte, ces querelles ont fini par rapprocher William et Charles.

Crédits photos : Agence / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet