Le saviez-vous ? Il existe une entrée discrète à l’Elysée

Dans l’ouvrage Élysée, histoire, secrets, mystère, Patrice Duhamel et Jacques Santamaria dévoilaient l’un des grands secrets du premier palais de la République. Une entrée discrète donne sur l’avenue Gabriel.

L’Élysée regorge de secrets. Le premier palais de la République intrigue et fascine. En 2012, Patrice Duhamel et Jacques Santamaria poussaient la porte du palais. Avec l’envie irrésistible de percer davantage de mystères sur cet ancien hôtel parisien, les deux auteurs s’y sont une nouvelle fois intéressés. Dans leur ouvrage L’Élysée, histoire, secrets, mystère, paru en 2017, ils dévoilent l’existence de la « Grille du Coq », une entrée peu connue. À quelques pas des Champs-Elysées, elle donne sur l’avenue Gabriel et permet d’accéder aux jardins. « Prestigieuse, la Grille du Coq est aussi discrète », rapportent les journalistes. Une discrétion qui permet aux présidents une certaine confidentialité. « Parfaite quand un président veut recevoir le plus confidentiellement possible ses visiteurs du soir. » En visite à Paris en juin 2009, Michelle Obama est passée « par l’avenue Gabriel et la Grille du Coq pour rejoindre le président et sa famille » à l’occasion d’un déjeuner privé.

En plus d’être à l’abri des regards, peu de personnes empruntent ce passage. « La Grille du coq est le passage symbolique choisi pour quelques grandes occasions », expliquent les auteurs de l’ouvrage, avant de préciser : « C’est là qu’arrivent au début de leur voyage officiel certains grands dirigeants étrangers, comme John Kennedy en mai 1961. Et c’est par là que sortent les présidents de la Cinquième (ndlr : République) avant de rejoindre l’avenue des Champs-Elysées et la place Charles-de-Gaulle où ils vont notamment ranimer la flamme du soldat inconnu. » D’autres présidents, en revanche, passaient par cette porte à l’arrière de L’Élysée pour d’autres raisons. François Hollande l’empruntait afin de retrouver sa douce, Julie Gayet, rue du Cirque sans ne jamais être remarqué. L’ex-chef de l’Etat ne voulait pas que l’on découvre sa relation extraconjugale…

Un « symbole »

Mais pourquoi appelle-t-on cette entrée « Grille du Coq » ? Dessinée par Adrien Chancel, fin XIXe, cette grille monumentale est ornée d’un coq gaulois. Un véritable « symbole » comme « le drapeau tricolore, pas de virgule de la République ». Pourtant, il a failli disparaître. « Le coq avait jadis été délogé du palais Palais par un autre oiseau, l’aigle, devenu figure impériale, l’aigle napoléonienne. »

Article réalisé avec l’agence 6 Médias

Crédits photos : Jacques Witt/Pool/Bestimage

Source: Lire L’Article Complet