Les avocats du prince Andrew tentent d’éviter le procès

  • Virginia Giuffre est l’une des femmes à avoir dénoncé Jeffrey Epstein pour trafic sexuel de mineures et viol
  • Le prince Andrew était l’un des amis de Jeffrey Epstein et sa collaboratrice Ghislaine Maxwell
  • Virginia Giuffre accuse le prince Andrew de l’avoir agressée sexuellement à trois reprises chez Jeffrey Epstein

Virginia Giuffre a porté plainte au civil pour « agression sexuelle » contre le prince Andrew alors qu’il séjournait chez
Jeffrey Epstein. Selon la législation américaine, l’assignation doit être remise en main propre à l’accusé. Seulement, le fils de la reine Elizabeth II s’est réfugié chez sa mère, à
Balmoral, en Ecosse, au lendemain du dépôt de plainte, début août. Il est retourné à Windsor, au
Royal Lodge, où il vit, mais n’est sorti de chez lui que la semaine dernière… pour retourner dans la résidence écossaise de sa mère. Impossible donc de lui remettre les documents.

Les avocats de Virginia Giuffre ont tout de même mandaté un de leurs collaborateurs pour tenter d’approcher le duc d’York… avec succès selon eux. Néanmoins, l’effort a été pour le moins rocambolesque.

Andrew se promène

Le collaborateur a en effet détaillé par écrit toutes ses tentatives, comme le veut la législation, un document que les avocats de la plaignante ont rendu public. Ainsi, comme le relaye la BBC, il s’est présenté au Royal Lodge de Windsor le 26 août à 9h30 du matin. Après avoir montré sa carte de visite à la sécurité, c’est un officier de police qui s’est présenté à lui, pour lui indiquer qu’il ne savait pas où se trouvait le secrétaire du prince. Les agents de sécurité lui ont ensuite expliqué qu’ils avaient reçu l’ordre de « n’accepter aucun papier émanant d’une procédure judiciaire ». Ils lui ont tout de même donné les coordonnées d’un avocat… qui n’a jamais répondu au téléphone.

Rebelote le lendemain. Personne ne pouvait le conduire au prince Andrew, mais, cette fois, le responsable de la sécurité lui a conseillé de remettre les documents à un des officiers de police, qui ferait suivre. C’est ce qu’a fait le collaborateur et les avocats de Virginia Giuffre considèrent donc que le prince Andrew a bien reçu les documents.

Sauf que, pour les avocats du fils de la reine d’Angleterre, cette remise n’est pas recevable et ils se retranchent derrière la loi britannique. « Nous réitérons que notre client se réserve tous ses droits, y compris celui de contester la juridiction américaine (y compris sur la base d’un service potentiellement défectueux) », ont-ils envoyé au tribunal, d’après le Times. Un juge américain doit statuer sur la validité de cette remise de documents.

Une audience préliminaire doit également avoir lieu aujourd’hui dans l’affaire soumise au civil par Virginia Giuffre. Les avocats du duc d’York ont fait savoir qu’ils n’iront pas. Ce week-end, le prince Andrew, qui prend le risque d’être jugé par défaut, organisait une partie de chasse à Balmoral avec le prince de Bahrein.

Le père des princesses Beatrice et Eugenie a toujours démenti avoir agressé sexuellement Virginia Giuffre, ni même se souvenir d’elle. Dans un témoignage, la jeune femme expliquait le dégoût que lui avait provoqué la sueur du prince Andrew qui la recouvrait. Le prince Andrew avait répondu, dans une
interview catastrophique pour la BBC, que ça ne pouvait pas être lui, car il souffrait d’une maladie l’empêchant de transpirer…

Source: Lire L’Article Complet