Liaison de Valéry Giscard d'Estaing et Sylvia Kristel : l'un a nié, l'autre pas

Valéry Giscard d’Estaing avait-il fait succomber Emmanuelle ? Malgré le démenti de son actrice, Sylvia Kristel, l’ancien président avait laissé courir la flatteuse rumeur.

Lady Di, Marlène Jobert, mais aussi Sylvia Kristel. L’actrice star du film érotique Emmanuelle faisait partie de la longue liste des conquêtes réelles ou fantasmées de Valéry Giscard d’Estaing. Ce n’était pas un secret, l’ancien président de la République, décédé ce mercredi 2 décembre, avait une réputation de séducteur. Une image qu’il cultivait, même s’il était marié à Anne-Aymone Giscard d’Estaing. En 1974, à son arrivée au pouvoir, VGE avait décidé d’abolir la censure. Ainsi, le film Emmanuelle a pu sortir au cinéma en étant interdit aux moins de 16 ans. Avant son intervention, le film à scandale était menacé de coupes par la commission de censure. Une décision moderne pour certains, l’indice d’une relation entre l’actrice néerlandaise et le président français pour d’autres. Le film érotique est un énorme succès avec plus de neuf millions d’entrées pour sa première année, la rumeur est lancée, même si la principale intéressée tente de la contrer.

« C’était faux ! D’ailleurs, autrefois, j’étais 100% mitterrandiste ! », avait-elle assuré, précisant en 2006 dans les colonnes de L’Express qu’elle trouvait François Mitterrand « plus sexy ». « L’actrice (…) démentira toujours cette rumeur qui, en revanche, ne gênait pas du tout le supposé tombeur de l’Élysée », résume Libération ce vendredi 4 décembre. Valéry Giscard d’Estaing était sans doute très fier qu’on lui imagine une relation avec le sex-symbol qui faisait fantasmer les Français, mais aussi les étrangers, puisque le film s’est fait une place à l’international. « L’ex-président a sans doute beaucoup laissé dire, pas mécontent de façonner son image d’homme à femmes », ajoute le journal.

Décédée d’un cancer

Si cette rumeur refait surface après la disparition de l’homme politique à l’âge de 94 ans des suites du coronavirus, l’interprète d’Emmanuelle, elle, est décédée des suites d’un cancer, en 2012. Et si le cadeau que lui avait fait Valéry Giscard d’Estaing en permettant au film de sortir était empoisonné ? Le long-métrage pour lequel Sylvia Kristel n’aurait touché que 18 000 francs étant resté à l’affiche une dizaine d’années, ce rôle controversé et léger lui a collé à la peau. Elle a joué dans la suite de la saga, mais a eu du mal se diversifier par la suite, qui est moins séduisante. « J’avais un foie de docker, le nez troué par la drogue : les médecins me prenaient pour un animal de foire », avait expliqué celle qui avait sombré dans la cocaïne avant d’être malade.

Article réalisé avec l’agence 6Médias

Crédits photos : Gwendoline Le Goff / Panoramic / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet