Marlène Schiappa menacée de mort « des centaines de fois par jour », elle hausse le ton

Si elle divise au sein de la Macronie, Marlène Schiappa fait aussi l’objet de critiques en dehors du gouvernement. Mais certains de ses détracteurs vont parfois beaucoup trop loin. La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté a révélé être menacée de mort sur les réseaux sociaux.

Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFM, ce mardi 8 juin, Marlène Schiappa a décidé d’évoquer le sujet des réseaux sociaux et leur “dangerosité”. Celle qui atomisait récemment Jean-Marie Bigard a avoué faire l’objet de nombreuses insultes, visant particulièrement Twitter. Pire encore, Marlène Schiappa a reconnu être menacée de mort “des centaines de fois par jour”. De quoi la faire hausser le ton.

Fidèle soutien de Gérard Darmanin, qui comme elle divise au sein du gouvernement, la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté a déploré recevoir en guise de réponse “des insultes, des injures, des menaces de mort”. “Je crois qu’il y a une dangerosité du débat public où on va directement à la menace de mort et les réseaux sociaux ont une immense responsabilité“, a-t-elle confié.

Marlène Schiappa (@MarleneSchiappa) "accuse Twitter de ne pas en faire assez contre la haine en ligne" pic.twitter.com/WmckbEyNjZ

“La réponse à tout ne peut pas être la menace de mort”

Et c’est à Twitter que Marlène Schiappa s’en est particulièrement pris. Celle qui dévoilait ce week-end sa soeur Carla, son portrait craché a ainsi déclaré : “J’accuse Twitter de ne pas en faire assez contre la haine en ligne.” Notant au passage que Facebook en revanche fait “un travail engagé sur ce sujet”. “Moi je crois au dialogue, je crois à l’état de droit, a expliqué la mère de famille. Je pense que la réponse à tout ne peut pas être la menace de mort.”

Marlène Schiappa s’est également félicitée que le ministère de l’Intérieur a renforcé Pharos, la plateforme d’harmonisation, d’analyse, de recoupement et d’orientation des signalements, qu’il a créée en 2009. Un site qui permet aux internautes de signaler des comportements illicites, qu’il s’agisse de contenu pédophilie, de racisme, d’incitation à la haine ou d’apologie du terrorisme.

Crédits photos : Capture d’écran / BFMTV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet