Mohamed Mbougar Sarr, prix Goncourt 2021 : "Jeune, j’ai beaucoup joué au Scrabble !"

Sacré, à 31 ans, prix Goncourt 2021, l’écrivain sénégalais aime les livres et les mots. La preuve.

Madame Figaro. – Qu’est-ce qui vous a frappé en recevant le prix Goncourt ?
Mohamed Mbougar Sarr. – L’agitation chez Drouant (le restaurant où est faite l’annonce du Goncourt, NDRL), l’euphorie des journalistes, les flashs… Des images que j’avais déjà aperçues comme dans un rêve et que je vivais soudain en réalité. Ensuite, les échanges, lors du déjeuner avec les membres du jury, qui m’ont vraiment passionné. Enfin, la joie et les mots de mes proches. Nous sommes honorés, nous, les habitants de l’espace francophone, mais ce qui compte au fond, c’est bien le texte.

Que représente pour vous cette consécration ?
C’est un signe d’espoir pour la jeunesse. Elle permet de montrer que tout est possible.

En vidéo, « Les Choses humaines », la bande-annonce

Quel est le principal trait de votre caractère ?
Ancré sur terre.

Celui dont vous êtes le moins fier ?
Je ne sais pas… En tout cas, le but est de s’améliorer.

Celui que vous détestez chez les autres ?
La haine, l’arrogance.

D’où vous vient l’amour des mots, de la langue française, que révèle votre écriture ?
Jeune, j’ai beaucoup joué au Scrabble ! J’aime l’idée de faire passer des vocables rares en les dépouillant de leur aspect technique pour les fondre dans un langage ordinaire.

Votre truc antistress ?
La lecture : Estelle-Sarah Bulle, Christophe Boltanski et, en ce moment, Neuf essais sur Dante, de Jorge Luis Borges.

Un adjectif qui vous définit ?
Patient.

Sur une île déserte, qu’emporteriez-vous ?
Un livre qui peut se lire à l’infini comme la Bible, le Coran, et les vrais récits foisonnants comme L’Astrée, d’Honoré d’Urfé.

Les trois basiques de votre dressing ?
Une chemise, un jean, des baskets ou des souliers pour les grandes occasions.

Cécile François, Directrice Communication Corporate Hennessy, Fabienne Moreau, Responsable Patrimoine et Action Culturelle Hennessy. (Remise des Prix Hennessy, Paris, le 24 novembre 2021.)

Marine Landrot, lauréate du Prix Hennessy du journalisme littéraire 2021. (Remise des Prix Hennessy, Paris, le 24 novembre 2021.)

Mohamed Mbougar Sarr, lauréat du Prix Hennessy du livre 2021. (Remise des Prix Hennessy, Paris, le 24 novembre 2021.)

Mohamed Mbougar Sarr, lauréat du Prix Hennessy du livre 2021. (Remise des Prix Hennessy, Paris, le 24 novembre 2021.)

Le casting d’un dîner idéal chez vous ?
Mes quatre grands-parents, Dieu et certains de ses prophètes. J’ai d’ailleurs songé à écrire une biographie de Dieu romancée. Le rencontrer pourrait m’aider !

Une musique dans votre vie ?
L’œuvre complète de Super Diamono de Dakar, et notamment la chanson Moudje, pour ses belles paroles, sa mélancolie et l’énergie qu’elle me procure.

Le livre qui vous accompagne ?
Les Détectives sauvages, de Roberto Bolano.

À écouter : le podcast de la rédaction

Une rencontre qui vous a marqué ?
Les contes de mon enfance lus par ma mère ou ma grand-mère.

Une ville qui vous ressemble ?
Saint-Louis du Sénégal, tellement poétique et où le temps passe plus lentement.

Votre madeleine de Proust ?
Le poulet yassa et le couscous sérère de ma mère, à base de mil et de poisson.

La plus secrète mémoire des hommes, de Mohamed Mbougar Sarr, Éd. Philippe Rey/Jimsaan, 448 p., 22 €.

Source: Lire L’Article Complet