Mort de Frederik de Klerk, l’ancien président sud-africain

Ce jeudi 11 novembre, Frederik de Klerk, le dernier président blanc sud-africain, est mort. L’homme de 85 ans a été emporté des suites d’un cancer comme l’a annoncé sa fondation dans un communiqué.

Il était l’une des figures de la fin de l’apartheid. Frederik de Klerk, l’ancien président blanc d’Afrique du Sud, s’est éteint à l’âge de 85 ans des suites d’un cancer des poumons ce jeudi 11 novembre. Sa fondation a annoncé la nouvelle via un communiqué : « C’est avec la plus grande tristesse que la Fondation FW de Klerk annonce le décès de l’ancien président FW de Klerk paisiblement à son domicile de Fresnaye ce matin après avoir lutté contre un cancer. Il laisse derrière lui sa femme Elita, ses deux enfants Susan et Jan, ainsi que ses petits-enfants»

Pour rappel, Frederik de Klerk a mis fin au régime d’Apartheid avec Nelson Mandela. Quand il devient président de l’Afrique du Sud, l’homme politique prends des mesures d’une portée historique en levant l’état d’urgence qui était en vigueur depuis 1985. C’est ainsi que les leaders de l’African National Congress (ANC), dont Nelson Mandela, sont libérés. Après vingt-sept ans d’incarcération, le leader historique du mouvement est libre. Pour leur lutte commune contre l’apartheid, les deux hommes ont obtenu le Prix Nobel de la paix en 1993. Après un parcours semé d’embûches, Frederik de Klerk annonce son retrait de la vie politique le 26 août 1997.

Frederik de Klerk : son nom restera gravé dans les mémoires

Ayant dirigé l’Afrique du Sud de 1989 à 1994, Frederik de Klerk restera dans l’histoire comme le dernier président du régime ségrégationniste de l’apartheid. Après des études dans le droit pour être avocat, il succède à Pieter Willem Botha alors président de l’État de la République d’Afrique du Sud. Son nom est associé à la libération de Nelson Mandela, qui deviendra le premier président noir du pays, un an plus tard. Pour le moment, aucun membre de son entourage, ni les autorités sud-africaines ne se sont prononcés sur les hommages à venir de l’homme politique qui avait été récemment controversé pour n’avoir pas reconnu que l’apartheid était un crime contre l’humanité.

Crédits photos : Zuma/ABACA

Autour de

Source: Lire L’Article Complet