Mort de Patrick Juvet : son notaire lance un appel pour retrouver ses héritiers

Trois mois après la mort de Patrick Juvet d’une insuffisance cardiaque, son notaire appel ses héritiers à se manifester afin de clôturer l’héritage. Un appel publié dans les colonnes du Monde le 8 juillet 2021.

  • Patrick Juvet

Une succession qui s’annonce compliquée. Le 1er avril 2021, le corps sans vie de Patrick Juvet était retrouvé dans son appartement de Barcelone en Espagne. Selon les premiers rapports de l’autopsie, l’artiste, qui n’avait ni mari ni enfant, est mort d’une insuffisance cardiaque à l’âge de soixante-dix ans. Un bouleversement pour sa petite sœur, chargée de rapatrier ses cendres en Suisse, mais aussi pour Yann Idoux, son agent depuis vingt ans, qui fut le premier à découvrir le corps sans vie du chanteur disco. Trois mois plus tard, les notaires de Patrick Juvet s’organisent pour faire valoir l’héritage aux proches du chanteur. Mais problème… très peu d’héritiers potentiels se sont manifestés. Me Hofer a donc publié un appel dans les colonnes du Monde.

Le notaire de Patrick Juvet appelle ses héritiers à se manifester

En effet, jeudi 8 juillet 2021, Me Pascal Hofer a lancé un “appel à héritiers” en mentionnant ceci : “Ses héritiers ayant réclamé l’inventaire de la succession le 18 juin 2021, Maitre Pascal Hofer, notaire, somme les créanciers et les débiteurs du défunt Patrick Juvet de produire leurs créances/dettes jusqu’au 30 septembre à l’adresse : Maitre Pascal Hofer, Avenue du Collège 6, 2017 Boudry, Suisse”, peut-on lire. Une pratique qui peut paraître étonnante mais qui, en réalité, a souvent lieu lorsque le défunt n’a pas d’enfant ni conjoint et que la commune ignore si la personne a laissé des héritiers ou qu’elle n’a pas la certitude de tous les connaître.

Dans les heures qui ont suivi la mort de Patrick Juvet, une autopsie avait déterminé les causes exactes de sa mort : “Une insuffisance cardiaque l’a emporté, selon l’autopsie”, pouvait-on lire dans la dépêche publiée par l’AFP le 2 avril 2021. Selon Yann Idoux, son agent, l’homme souffrait d’une profonde dépression depuis le début du confinement : “Il avait des hauts et des bas et souffrait d’une addiction à l’alcool. Le décès de son frère, il y a deux ans, l’avait beaucoup affecté. (…) Il s’ennuyait, il était un peu dans l’isolement. Ce qui le dérangeait c’est qu’il ne pouvait plus sortir, avec le Covid, avait-il confié au Parisien le jour de sa mort. L’occasion de révéler aussi qu’un single posthume, terminé peu avant sa mort, devrait sortir courant 2021.

Source: Lire L’Article Complet