Muriel Robin : ses tristes confidences sur sa santé mentale

Muriel Robin était invitée samedi 30 octobre 2021 au micro d’Europe 1 dans l’émission Il n’y a pas qu’une vie dans la vie. L’humoriste a accepté de revenir sur la longue dépression dont elle souffre et sur sa consommation d’antidépresseurs.

  • Muriel Robin

Muriel Robin ne se sera jamais autant confiée. Mardi 26 octobre 2021, l’humoriste était invitée au micro de France Inter, à l’occasion de son rôle dans Doutes, la nouvelle fiction disponible sur Arte qui raconte l’histoire d’Agnès Baer, jouée par Muriel Robin, rédactrice en chef et présentatrice d’une célèbre émission d’investigation. Mais tout est bouleversé lorsque son partenaire qui est également le producteur est accusé d’agressions par une jeune femme. Elle décide donc de mener une enquête personnelle, qui mettra le chaos dans sa vie.

Un sujet lourd, un personnage d’une force de caractère impressionnante qui a visiblement inspiré Muriel Robin. Et pour cause, au micro de France Inter l’humoriste avait accepté de revenir sur un terrible moment de sa vie, le jour où elle a été agressée sexuellement à l’âge de 12 ans. « J’ai été coincée dans un ascenseur et j’ai aussi été caressée par le curé, il se trouve que j’avais 12 ans, j’avais le même physique, je faisais cette taille, mais j’ai imaginé que des gamines, je les ai encore les images dans les yeux au moment où on se parle avec des physiques plus fragiles et pas mon caractère, elles ont certainement dû passer des mauvais moments », avouait-elle.

« J’ai essayé de faire sans les antidépresseurs, mais ça ne marche pas »

Des agissements qui ont sans aucun doute eu de lourdes répercutions sur la vie de Muriel Robin. L’humoriste souffre d’une lourde dépression depuis plusieurs années maintenant. Interrogée sur le sujet par Europe 1 dans l’émission Il n’y a pas qu’une vie dans la vie, elle a accepté de se confier sur sa santé mentale et sur l’hypersensibilité dont elle souffre : « Quand on se met une pommade, ça va mieux. Mais le bobo est toujours dessous. Et quand le bobo vient de la petite enfance, tout le monde peut bien le comprendre, la pommade qu’est le public fait du répit mais ne soigne pas », commence-t-elle par expliquer.

Muriel Robin poursuit ensuite : « Je suis sous antidépresseurs, je le dis, et ce sera toute ma vie. Je ne peux pas vivre sans antidépresseurs, mais je me sens normale. Ce sont les autres que je trouve bizarres. Je trouve bizarre qu’on puisse vivre normalement en se tapant tout ce qu’il y a d’horrible sur cette planète. J’ai essayé de faire sans les antidépresseurs, mais ça ne marche pas. Ça ne marche plus », conclut Muriel Robin.

Source: Lire L’Article Complet