Nicolas Hulot accusé de viol : pourquoi la plainte de Pascale Mitterrand avait été classée sans suite

Accusé d’agressions sexuelles, viol et harcèlement, Nicolas Hulot quitte définitivement la vie publique. « Écoeuré », l’ancien ministre de la Transition écologique s’est exprimé sur BFMTV, ce mercredi 24 novembre 2021. Parmi les plaignantes, la plainte de Pascale Mitterrand avait été classée sans suite. Explications.

Une plainte « trop » tardive, classée sans suite. De nouveau dans la tourmente, Nicolas Hulot se retire définitivement de la vie publique. À la veille d’un numéro d’Envoyé Spécial où plusieurs femmes l’accusent d’agressions sexuelles, de harcèlement et de viol, l’ancien ministre de 66 ans a fait connaître ses intentions sur BFMTV, ce mercredi 24 novembre 2021. Parmi les plaignantes, figure la petite-fille d’un ancien président de la république : Pascale Mitterrand.

En 2008, la fille aînée de Gilbert Mitterand – fils de l’ancien président – avait porté plainte contre l’ancien ministre de la transition écologique pour viol, onze ans après « l’agression » : « elle a voulu qu’il sache dix ans après que son ressenti des faits était toujours le même à son égard et à celui des faits », avait révélé l’avocat de la famille Mitterand, maître Michel Dufranc.

Pascale Mitterrand ne voulait pas médiatiser sa plainte

Classée sans suite par le parquet de Saint Malot, en raison des faits prescrits « commis » en 1997 – lorsque Pascale Mitterrand avait 20 ans – Nicolas Hulot entendu par les enquêteurs avait évoqué une « relation consentie ». Ne souhaitant pas être médiatisée, Pascale Mitterrand n’avait pas souhaité parler publiquement de sa plainte. Pourtant, son nom avait bel et bien été révélé par Le Point et Le Parisien, en 2018 : « Le nom de Madame Pascale Mitterrand a été associé contre son consentement à une tempête médiatique visant Monsieur Nicolas Hulot. Elle-même et sa famille ne cautionnent en aucune manière la publicité », avait fait savoir l’avocat de Pascale Mitterrand désormais âgée de 44 ans.

Accablé, Nicolas Hulot avait aussitôt dénoncé des « rumeurs ignominieuses » et nié en bloc ses accusations, au micro de Jean-Jacques Bourdin : « Je n’ai rien à me reprocher », avait-il assuré en direct, prenant les devants avant qu’une deuxième plainte déposée par une ancienne salariée soit révélée dans la presse. Jeudi 25 novembre 2021, l’enquête d’Envoyé Spécial menée depuis 4 ans, reviendra sur ces nombreuses accusations, visant Nicolas Hulot.

Crédits photos : DOMINIQUE JACOVIDES / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet