Nordahl Lelandais : son quotidien très spécial en prison

Nordahl Lelandais a écrit à une amie pour se plaindre de sa vie en prison. Il y dévoile sa routine, entre repas, siestes et lecture, et se confie sur son quotidien loin des plages et des cocktails. Des propos retranscrits par Paris Match, mercredi 12 janvier 2022.

Restez informée

Le meurtrier présumé de la petite Maëlys fait de nouveau parler de lui. Alors que son procès va s’ouvrir à Grenoble le 31 janvier 2022 face à la famille de la fillette, mais aussi pour des accusations d’agressions sexuelles sur mineures, Nordahl Lelandais a décidé de s’épancher par écrit. Après avoir fait une requête inattendue qui lui a été accordée, il a tenu à faire part de son ressenti sur sa vie en prison, où il est incarcéré depuis 2017 pour le meurtre d’Arthur Noyer. Comme le révèle Paris Match qui lui a consacré un article, mercredi 12 janvier 2022, il se plaint à une amie. Il déplore un quotidien monotone, rythmé par les douches et les siestes, parfois un peu de ménage. C’est à travers des lettres que l’homme partage les éléments de sa journée qui débute le matin autour de 7 heures et qu’il comble comme il peut.

Un prisonnier « vulnérable »

Condamné pour le meurtre d’Arthur Noyer, Nordahl Lelandais a déjà écopé d’une peine de 20 ans de réclusion criminelle. Depuis septembre 2017, il la purge dans une cellule de la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Une privation de liberté qui fait rêver au prisonnier de « ragga dancehall au bord de la mer et de pina colada« , comme le rapporte Paris Match. S’il a été décrit par plusieurs psychologues comme « indifférent aux sentiments d’autrui et incapable d’éprouver de la culpabilité« , il semble pourtant que Nordahl Lelandais n’est pas totalement incapable d’avoir des émotions. En particulier, l’ennui. Dans sa lettre à son amie, le prisonnier raconte que « les journées sont très longues (…) Toujours la même routine« . Il détaille ensuite sa journée type : « Je me lève vers 7 heures, je vais prendre ma douche, après je prends mon café avec ma clope, je fais un peu de ménage et je regarde la télé. À midi, je mange quand c’est bon, parce qu’ici ce n’est pas toujours le cas, après je me refais un café et ensuite j’essaie de faire une sieste quand il n’y a pas trop de bruit« . L’homme de 38 ans, diagnostiqué avec un trouble mixte de la personnalité, raconte qu’il meuble l’essentiel de ses journées en lisant. Principalement de livres sur les moines Shaolin et le kung-fu. Un passe-temps qui lui garde l’esprit occupé puisque son statut de prisonnier « vulnérable » ne l’autorise pas à travailler.

Source: Lire L’Article Complet