“Omicron est probablement une chance” : l’étonnant discours de Gérald Kierzek

Dans les colonnes du Figaro, mardi 28 décembre, le médecin Gérald Kierzek a évoqué la situation sanitaire et précisé voir d’un œil positif la circulation du variant Omicron sur le territoire.

Alors que Jean Castex a annoncé de nouvelles mesures pour tenter de maîtriser la crise sanitaire, en début de semaine, le médecin urgentiste Gérald Kierzek a fait le point, mardi 28 décembre, dans les colonnes du Figaro. Questionné au sujet du variant Omicron, qui circule en masse au sein du pays et qui est plus contagieux que les précédents, le chroniqueur santé a évoqué « l’immunité collective, dont on a beaucoup parlé », qui « est peut-être une chimère », mais qui pourrait nous permettre de maîtriser la situation.

« Ce qui est sûr, c’est que l’éradication virale ne pourra se faire que naturellement, grâce aussi à l’immunité naturelle », a estimé Gérald Kierzek, persuadé que le nouveau variant du Covid-19 « est probablement une chance et un tournant dans l’épidémie ». Des propos qui peuvent étonner, mais qui s’expliquent par le fait que Omicron « est beaucoup plus contagieux », mais « beaucoup moins létal ». Preuves à l’appui, le médecin urgentiste a déclaré que « les taux de contaminations sont impressionnants (près de 200.000 par jour en Angleterre) avec des hospitalisations et des décès assez faibles, en tout cas sans commune mesure avec la circulation virale » et que « les études sud-africaines montrent que 60 à 80% de la population présentent des anticorps et a donc été en contact avec le virus sans gravité ».

Un médecin convaincu qu’il ne faut pas « s’affoler »

Minimisant le risque associé au variant Omicron, Gérald Kierzek a affirmé que celui-ci « devrait nous conduire à ne pas paniquer, profiter de sa circulation chez des sujets qui s’immunisent efficacement et durablement (enfants, adolescents, adultes sans facteurs de risque…) et à protéger les plus fragiles (par la vaccination et en renforçant l’hôpital ‘au cas où’) ». De plus, d’après le chroniqueur et directeur médical du site Doctissimo, l’usage des tests est à remettre en question : « On peut même s’interroger sur la pertinence des testings massifs. Tester est pertinent quand le virus est peu présent pour tracer et isoler ; ce n’est plus le cas et devient donc inefficace. » Enfin, pour lui, « il est urgent de saisir cette chance et prendre ce virage dans la gestion de la pandémie, plutôt que de s’affoler sur des compteurs de contaminations ». Voilà au moins qui risque de rassurer les plus angoissés…

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : IBO/SIPA

Autour de

Source: Lire L’Article Complet