"On a beaucoup ri jusqu'au bout" : Claude Chirac se livre avec émotion sur la mort de son père

Invitée de France Inter ce mercredi 12 janvier 2022, Claude Chirac est revenue avec émotion sur la fin de la vie de son père, Jacques Chirac, décédé le 26 septembre 2019, à l’âge de 86 ans.

  • Claude Chirac
  • Jacques Chirac

Ce mercredi 12 janvier 2022, Claude Chirac et Sophie Cluzel étaient invitées de Nicolas Demorand et Léa Salamé dans Le grand entretien de la matinale de France Inter. L’occasion pour elles de parler du dernier projet de la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées : son ouvrage La force des différents, paru ce jour aux éditions JC Lattès. Dans ce livre, Sophie Cluzel s’entretient avec des personnalités sur l’impact du handicap sur leur vie. Parmi elles, on retrouve Claude Chirac, qui s’est confiée sur l’anorexie grave dont a souffert sa sœur, Laurence. Une situation qui a largement poussé la fille de l’ancien président de la République à s’occuper de ses parents jusqu’au bout, malgré la maladie. Et forcément, dans la matinale de France Inter, la conversation a rapidement tourné autour de la mort de Jacques Chirac. « Je pense que l’aidant familial a aussi une chance : c’est de vivre des moments de découverte, très intenses, qu’il n’aurait jamais, sans doute, partagés dans d’autres circonstances« , a ainsi expliqué Claude Chirac à Nicolas Demorand et Léa Salamé.

« Une façon de ressortir un peu plus grand »

Celle qui a épousé Frédéric Salat-Baroux ne regrette pas une seconde de s’être tenue aux côtés de son père après que sa santé se soit dégradée suite à un AVC survenu en 2005. « Je pense que c’est une façon de ressortir un peu plus grand que la personne que l’on était quand on est entré dans cette grande aventure« , précise-t-elle, avant de se remémorer avec émotions les dernières années de la vie de Jacques Chirac. Car jusqu’à la fin, Claude Chirac est restée proche comme jamais de son père, bien qu’affaibli : « J’ai eu la chance d’avoir un père qui, même si la maladie était présente, a gardé profondément sa dignité et son humour. On a beaucoup ri jusqu’au bout« , raconte-t-elle. Quelques détails qui font que Claude Chirac ne regrette pas de s’être occupée de son père jusqu’au bout et qui la pousse à rester aux côtés de sa mère, Bernadette, également très affaiblie.

Source: Lire L’Article Complet