“On nous aurait traité de dingues” : pourquoi Emmanuel Macron ne serre pas la vis face à Omicron

Alors que de nouvelles mesures ont été annoncées par Jean Castex, lundi 27 décembre, un membre du gouvernement a expliqué à L’Express la raison pour laquelle il n’était pas question de parler de confinement ou encore de couvre-feu.

Lundi 27 décembre, Jean Castex et Olivier Véran ont donné une conférence de presse pour faire le point sur la crise sanitaire et faire part des nouvelles mesures censées limiter la propagation du Covid-19, et plus spécifiquement du variant Omicron. Alors que plusieurs pays européens ont choisi de durcir les règles pour maîtriser la situation, le gouvernement a décidé de ne pas prendre de restrictions trop contraignantes pour les Français. Un choix stratégique décortiqué dans les colonnes de L’Express, mardi 28 décembre.

« D’une part, on n’a jamais dit qu’il fallait tout fermer pour justifier un conseil de défense », a lancé un ministre, en ajoutant que « d’autre part, et surtout, ce n’est pas rien de mobiliser tout le pays pour une troisième dose, de passer au pass vaccinal, de porter le masque en extérieur dans beaucoup de villes. De même d’appeler les Français à être globalement responsables et un peu contraints ». Pour lui, il s’agit d’une façon de justifier « que le vaccin est utile et qu’on peut vivre avec le virus ». Quoi qu’il en soit, l’objectif est clair : Emmanuel Macron souhaite diminuer la mise en place de mesures drastiques qui pourraient massivement impacter le quotidien de la population.

Découvrez les différents looks étonnants du Président

Un allégement des mesures nécessaire pour le moral des Français

Un membre du gouvernement a même estimé, auprès de L’Express que « si on avait reporté la rentrée et instauré un nouveau couvre-feu, on nous aurait dit qu’on était dingues et liberticides ». En prenant du recul au sujet de la crise, cette source anonyme a rappelé que « les pays qui durcissent aujourd’hui avaient tout levé », contrairement à la France. « Nous, on a vécu l’attestation et le couvre-feu jusqu’en juin. On a mis en place le pass sanitaire très tôt. On a bien vacciné, alors on ne peut pas dire aux Français : ‘On s’en fout de tout ça, on referme’ ! », a ajouté l’interlocuteur de nos confrères, tandis que Jean Castex est conscient du « ras-le-bol ambiant« .

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet