Patrice Leconte : ses confidences sur le régime alimentaire de Gérard Depardieu

Gérard Depardieu, le Obélix de Astérix et Obelix : mission Cléopâtre, diffusé lundi 25 octobre sur TF1, actuellement à l’affiche de Illusions perdues, et qui incarnera bientôt à l’écran le commissaire Maigret sous la direction de Patrice Leconte, en a « un petit peu marre » de trainer ses kilos. Dixit le cinéaste.

Dimanche 24 octobre, lors de la cérémonie de clôture du festival Ciné Roman, à Nice, Gérard Depardieu, 72 ans, recevait le Prix du jury. Interviewé le même jour sur RTL, Patrice Leconte, cinéaste des Bronzés, de Tandem ou du Mari de la coiffeuse, ne tarissait pas d’éloges à propos de l’acteur qu’il vient de diriger en commissaire Maigret dans un film attendu pour début 2022. « C’est peut-être l’amour qui m’aveugle mais c’est un Maigret exceptionnel. Ce qu’il nous a donné, la manière qu’il a eue d’incarner ce personnage est quelque chose d’inouï. II a été exemplaire. J’en ai encore des frissons. C’est un homme très émouvant », lâchait Leconte.

Emouvant, Gérard Depardieu l’est en effet. Jusque dans son rapport à lui-même, et notamment son physique qu’il qualifiait de « grosse vache », il y a quelques années (« A partir de 65 ans, tu peux toujours t’en­trai­ner, bouffer des hormones, tout ce que tu veux, tu as ta vieille peau qui te tombe sur le muscle, tu deviens une espèce de grosse vache. Moi j’ai des petites cannes et un gros tronc, c’est affreux. Plus ça avance, et moins j’ai confiance dans mon physique, alors que je pensais que ça allait s’ar­ran­ger avec les années », exprimait-il dans Le Point).

« On me prend tel que je suis ou on ne me prend pas »

Et même si, après la violence de cette autodérision, il ajoutait : « Maintenant je m’en fous, on me prend tel que je suis ou on ne me prend pas », on devinait le malaise. « Il en a un petit peu marre de peser ce poids-là, a affirmé Patrice Leconte à propos de l’acteur qui a failli perdre la vie sur le tournage d’Astérix et Obélix contre César, dimanche 24 octobre, toujours sur RTL, donc il est suivi par une diététicienne. Il se tient à carreau et c’était assez marrant parce qu’à la cantine, il ne se bourrait pas de gratin dauphinois, il mangeait plutôt des légumes verts mais les quantités étaient… Disons qu’une assiette de haricots verts, c’est une belle assiette comme on dit ! »

Un physique hors norme, certes, pour un acteur qui ne l’est pas moins, un « Stradivarius dans une carrure de camionneur », comme il l’écrit dans Ailleurs (Ed. Cherche Midi), dont la musique « creuse le ciel », pour paraphraser Charles Baudelaire.

Crédits photos : ALAIN ROLLAND/ IMAGEBUZZ/ BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet