Penelope et François Fillon de nouveau face à la justice

À partir de ce lundi 15 novembre, Penelope et François Filon seront de nouveau face à la justice. Ils s’expliqueront une fois de plus sur l’affaire des « emplois fictifs » devant la cour d’appel.

François Fillon et son épouse, Penelope, vont une nouvelle fois se retrouver dans les couloirs d’un tribunal. C’est un scandale qui avait fait grand bruit au sein de la classe politique. Les premières informations avaient été révélées dans le journal satirique, Le Canard enchaîné, en janvier 2017, provoquant un véritable chaos, à quelques mois de l’élection présidentielle. François Fillon, qui visait à cette époque l’Élysée, était accusé d’avoir créé des « emplois fictifs » pour son épouse, en tant qu’assistante parlementaire de son mari. Lors du verdict du procès en première instance, le tribunal de Paris avait condamné les époux Fillon ainsi que l’ancien suppléant de François Fillon à l’Assemblée nationale, Marc Joulaud. Les trois concernés avaient alors décidé de faire appel et ce nouveau procès s’ouvrira ce lundi 15 novembre.

Ce procès en appel se déroule près d’un an et demi après la fin du premier et le dossier sera examiné avec minutie par la cour d’appel. L’ancien locataire de Matignon devra de nouveau rendre des comptes au sujet de trois contrats de son épouse en qualité d’assistante parlementaire, datant de 1998 jusqu’en 2013, qu’il a lui-même signé ainsi que Marc Joulaud. Ces prestations ont été rémunérées à hauteur de 613.000 euros nets, une somme colossale, sachant que les enfants du couple Fillon auraient également profité d’emplois « fictifs« . L’ancien couple politique, aujourd’hui à la retraite, est donc également jugé pour l’emploi de leurs deux enfants en tant qu’assistant parlementaire de leur père sénateur entre 2005 et 2007. Comme l’a déclaré l’avocat de François Fillon, Me Antonin Lévy, à l’AFP, l’objectif de ce procès en appel est que « l’innocence de François Fillon et celle de son épouse soient enfin reconnues ».

Un nouveau verdict ?

En première instance, l’ancien Premier ministre, qui a tiré un trait sur la politique, a été condamné à cinq ans d’emprisonnement, dont deux ferme, 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité. De son côté, Penelope Filon a été condamnée à trois ans de prison avec sursis, le même montant pour l’amende et seulement deux ans d’inéligibilité. La troisième personne concernée dans le PenelopeGate, Marc Joulaud, a quant à elle écopé de trois ans de prison avec sursis et a été contrainte de payer une amende s’élevant à 20 000 euros. La cour d’appel statuera sur le sort de ces trois prévenus à partir de ce lundi 15 novembre.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet