PHOTO – Pr. Didier Raoult : propos chocs sur la vaccination et nouveau look inattendu

Didier Raoult était, ce vendredi 2 juillet, à l’investiture de Renaud Muselier, réélu à la tête de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le professeur y a affiché un nouveau look, quelques jours après avoir publié une nouvelle vidéo où il tient, à nouveau, des propos polémiques…

Le professeur Raoult était présent, ce vendredi 2 juillet, lors de l’investiture de Renaud Muselier. Le membre du parti Les Républicains, qui avait lynché son adversaire, Thierry Mariani, a été réélu à la tête de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, lors des dernières élections régionales. La présence de l’infectiologue a été remarquée par un journaliste indépendant, Gilles Rof, qui a partagé une photo sur son compte Twitter, précisant que le professeur avait été “très sollicité”. Sur le cliché, le professeur Raoult arbore un nouveau look : cheveux plaqués et nouvelles lunettes rouges.

Ce dernier a d’ailleurs sorti une nouvelle vidéo, relayée sur le site de Jean-Marc Morandini. Il y évoque, notamment, les vaccins contre le coronavirus. Alors que le gouvernement souhaite accélérer la campagne de vaccination, en encourageant tous les Français à se faire vacciner et en évoquant, même, la possibilité de rendre le vaccin contre le coronavirus obligatoire pour le personnel soignant, l’infectiologue controversé affirme que cette vaccination ne serait pas une solution au problème. “Il n’y a pas de magie avec ces vaccins ARN (…) on n’est pas surpris car le taux d’efficacité réel est entre 60 et 80 % en fait”, assure-t-il.

A la séance d’investiture de @RenaudMuselier beaucoup d’invités dont Didier Raoult, très sollicité. pic.twitter.com/aYyfhzRbhx

Didier Raoult : “La capacité de ce vaccin à protéger la population est incomplète”

Alors que d’autres professionnels de la santé affirment que les vaccins sont efficaces et notamment contre le variant Delta, le professeur Raoult indique que le nombre de personnes atteintes du coronavirus n’est pas différent chez les populations vaccinées et chez celles qui ne le sont pas. “On ne peut pas penser que tout va être géré par la vaccination telle qu’elle existe aujourd’hui. La capacité de ce vaccin à protéger la population est incomplète”, affirme l’infectiologue. Il indique même qu’il y a “une mortalité comparable chez les non-vaccinés et chez les vaccinés”. Et d’ajouter : “Les gens qui meurent sont des sujets ayant, soit des facteurs de risque associés, soit une espérance de vie très faible. Mais ce n’est pas une maladie qui va tuer les enfants, sauf si le virus change. On a même une baisse de la mortalité jusqu’à 60 ans, donc ça ne mérite pas un tel affolement non plus.”

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Federico Pestellini / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet