Pourquoi Marion Maréchal a refusé de devenir chroniqueuse sur LCI

Finalement, Marion Maréchal ne sera pas chroniqueuse récurrente sur LCI. C’est elle qui aurait dit non à la proposition pour une raison bien précise qu’elle a expliquée dans Le Figaro.

Mardi 15 septembre, c’est sur BFM TV au micro de Jean-Jacques Bourdin que Marion Maréchal a fait son grand retour médiatique, notamment pour évoquer son think tank, le Cap (Centre d’analyse et de prospective). Ses idées, elle aurait pu les exprimer de façon plus récurrente sur LCI, mais elle affirme avoir refusé la proposition. « J’ai été contactée durant l’été par LCI pour participer à un rendez-vous régulier. J’ai refusé précisément parce que je savais qu’à la première polémique, je serais lâchée. Ces gens nous approchent pour faire de l’audimat, mais refusent tout pluralisme intellectuel », a expliqué dans les colonnes du Figaro celle qui dénonce « une censure indirecte ». Il y a quelques jours, Le Parisien indiquait que la chaîne d’information du groupe TF1 n’avait pas le même son de cloche : la direction expliquant avoir « mis son veto » au sujet d’une possible arrivée de la nièce de Marine Le Pen.

Début septembre, LCI avait fait le choix d’écarter Geoffroy Lejeune, un proche de Marion Maréchal, de son antenne. Le directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles avait été évincé de la chaîne après la publication de la caricature controversée de l’Insoumise Danièle Obono en esclave. « Nous sommes au cœur du paradoxe de notre système démocratique. Emmanuel Macron fait l’éloge de la liberté d’expression lors d’un grand discours pour les 150 ans de la République. Il explique que nous devons tolérer la caricature, l’humour, la moquerie… Quand, au même moment, une machinerie politique s’exerce à l’encontre d’un journal qui dérange parce qu’il est de droite », déplore dans Le Figaro Marion Maréchal qui évoque « la démarche ironique de Valeurs Actuelles ».

Pas sur CNews non plus

Selon celle qui précise ne pas avoir « beaucoup de peine pour Madame Obono » , « ce n’était absolument pas un dessin qui se voulait raciste ». « On ne peut pas d’un côté dire ‘on est tous Charlie, c’est merveilleux’, et accepter cette vague de condamnations, y compris de ministres, contre un journal », affirme la femme politique de 30 ans qui n’a pas été convoitée seulement par LCI. Des rumeurs l’annonçaient aussi courtisée par CNews. Mais la chaîne d’information du groupe Canal semble avoir aussi fait marche arrière. Sa direction a assuré au Parisien qu’ « une participation de l’ancienne députée n’est pas d’actualité », sans préciser pour quelle raison.

Crédits photos : Bestimage

Source: Lire L’Article Complet