Prince Philip : cette raison pour laquelle son testament restera secret

Dans un message relayé sur Twitter ce jeudi 16 septembre, le journaliste Omid Scobie a fait savoir que le testament du prince Philip devrait rester privé pendant plusieurs décennies. Une décision qui a été prise par la Haute Cour de Grande-Bretagne. Explications.

Cinq mois après la mort du prince Philip, des secrets demeurent le concernant. Qu’a inscrit l’époux d’Elizabeth II dans son testament ? Une question qui devrait rester encore longtemps sans réponse, si l’on en croit un tweet d’Omid Scobie, journaliste pour Harper’s Bazaar US, posté ce jeudi 16 septembre. « Le testament du prince Philip restera privé pendant au moins 90 ans pour ‘maintenir la dignité’ de la reine« , a fait savoir l’auteur de Finding Freedom, précisant qu’il s’agissait d’une « décision rendue aujourd’hui par le juge Andrew McFarlane devant la Haute Cour de Grande-Bretagne. »

Et de conclure : « Sa décision suit la tradition des testaments royaux supérieurs étant scellés ‘pour empêcher l’inspection’« , a indiqué Omid Scobie dans son message relayé sur le réseau social. Selon The Guardian, cette décision est intervenue dans le but de protéger la « dignité » de la monarque, ainsi que « son rôle constitutionnel« . Si les testaments sont généralement rendus publics en Grande-Bretagne, depuis près d’un siècle, il est de coutume d’adresser une demande de scellement à la Haute Cour pour les testaments concernant des membres de la famille royale, afin que ceux-ci ne puissent être consultés.

Prince Philip's will shall remain private for at least 90 years to "maintain the dignity" of the Queen. That's the ruling made by Judge Andrew McFarlane in Britain's High Court today. His decision follows the tradition of senior royal wills being sealed "to prevent inspection".

Un cas qui s’est déjà présenté il y a plus de cent ans

En plus de son lien avec la Couronne britannique, celui qui a rendu son dernier souffle à l’âge de 99 ans a été marié à la reine d’Angleterre. Par conséquent, la Haute Cour a étudié son cas avec soin, afin de prendre la meilleure décision qui s’imposait : « J’ai choisi, en raison de la position constitutionnelle de la souveraine, de suivre une procédure spéciale concernant les testaments royaux« , a fait savoir le juge Sir Andrew McFarlane, selon des propos rapportés par The Guardian.

« Il est nécessaire de renforcer la protection accordée à la vie privée de ce groupe afin de maintenir la dignité du souverain et des membres de sa famille », a-t-il déclaré. Le juge a tenu à préciser qu’il « n’avait rien vu ni entendu » concernant le contenu du testament du prince Philip, « à part la date de son exécution et l’identité de l’exécuteur nommé. » À noter que cette décision a déjà été prise pour le prince François de Teck, le frère cadet de la reine Mary, après sa mort survenue en 1910.

Crédits photos : Agence / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet