Princesse Anne : avant Meghan Markle, elle a maté Diana

Nouveau psychodrame chez les Windsor ? La princesse Anne, fille d’Elizabeth II, serait le membre de la famille royale qui aurait froissé Meghan Markle et Harry avec des commentaires désobligeants. Raciste ? Cela reste à prouver. Pas commode ? C’est un fait. Avant Meghan, Diana, autre rebelle, en a fait les frais.

A propos de


  1. Meghan Markle


  2. Anne d’Angleterre


  3. Diana Princesse de Galles

Who’s next? Qui n’a pas encore eu sa boule puante chez les Windsor ? Après Charles accusé d’être un père radin, William dit pris au piège par son destin d’héritier ou encore Kate Middleton dépeinte comme une belle-soeur poussant aux larmes, c’est au tour de la princesse Anne d’essuyer l’infamie. Et la tache dont elle vient d’être maculée pourrait bien être indélébile.

Selon Lady Colin Campbell, aristo excentrique et auteure de biographies ravageuses, la fille d’Elizabeth II serait le membre de la famille royale visée par les Sussex, quand ils se sont plaints d’un racisme rampant chez les Windsor face à Oprah Winfrey. Révélatision sismique. Habile, la reine a dû prétexter une mémoire sélective. Furieux, William a fermement démenti les graves accusations. Des mots de la princesse Anne repris par Meghan Markle lors de son interview intriguent.

Mais pour Lady Colin Campbell, la mère de Zara Tindall, depuis peu grand-mère pour la troisième fois, aurait surtout subi la vengeance des Sussex à trop douter de la capacité de Meghan à assurer le royal job depuis le début de son idylle avec Harry. La meilleure défense resterait donc l’attaque. C’est mal connaître Anne, 70 ans, une vie dédiée au service de la Couronne, un mental d’acier… et une sévérité extrême avec les rebelles. Lady Diana en a fait les frais.

Au départ, Anne jalouse simplement Diana qui la démode

Ne pas se fier aux sourires forcés. Anne déteste les accolades et les selfies auxquels la jeune génération des Windsor cède, quand elle rencontre des foules. Pas son genre. Trop vulgaire. Pathétique héritage de Diana, “la princesse des coeurs”, dont la niaiserie l’insupportait. Dans un documentaire sur les enfants de la reine, diffusé par Channel 5 en février 2019, Jeremy Paxman, journaliste star de la BBC et confident de Lady Diana, revenait plus explicitement sur la peur qu’Anne inspirait à la défunte princesse de Galles.

Aussi verticale que son père, l’intransigeant prince Philip, la fille d’Elizabeth II aurait pris la promise de Charles en grippe, dès son arrivée chez les Windsor. Au départ, de la jalousie : célébrée pour sa beauté dans les années 70, Anne aurait pris ombrage de Diana, parce qu’elle la “démodait”. Puis, parce que sa manière d’aborder le public, toujours franche et de plus en plus directe, la dégoûtait. Old school, cette chère Anne.

“Si Anne est là, je m’en vais”

Dans le même documentaire de Channel 5, Jeremy Paxman s’est souvenu que les relations entre les deux femmes s’étaient dégradées, au point que Diana refusait d’assister aux mêmes évènements que sa belle-soeur. “Si Anne est là, je m’en vais”, lui confiait ainsi la princesse de Galles, suffisamment contrariée par les infidélités de Charles, avant un évènement. “Anne avait le chic pour la blesser”, dixit Paxman. Meghan Markle n’a sans doute pas anticiper à qui elle avait à faire. Anne, princesse de sang royal, c’est un fait. Reine des soufflets et représailles, c’est un titre qu’on ne lui a encore jamais arraché chez les Windsor…

Crédits photos : Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet