« Ridicule » : Doria Tillier se confie sur sa 1ère montée des marches à Cannes

Maîtresse de cérémonie du Festival de Cannes qui débute ce mardi 6 juillet, Doria Tillier n’a pas toujours été convaincue par l’événement, au contraire. L’actrice a confié à l’antenne d’Europe 1 qu’elle trouvait cela ridicule au premier abord.

Doria Tillier fait partie des personnalités polyvalentes. De “Miss météo” sur les antennes de Canal+ à actrice dans des films à succès comme La Belle époque, la comédienne de 35 ans a plus d’un tour dans son sac. Elle le prouve une fois de plus en étant maîtresse de cérémonie de la 74e édition du Festival de Cannes qui débute ce mardi 6 juillet. Dans l’émission Culture Médias présentée par Philippe Vandel sur Europe 1, la Parisienne revient sur sa toute première montée des marches. Membre de l’équipe du Grand Journal à cette époque, l’actrice se souvient bien : “Je trouvais ça un peu ridicule, très artificiel” avoue-t-elle.

Et pourtant, Doria Tillier a rapidement chassé cette idée de son esprit : “Quand on est arrivé sur ce tapis rouge, il y avait cette musique… Et c’est vrai que la magie a opéré. Parfois, les choses sont artificielles, mais elles fonctionnent quand même. On ne peut pas contredire son émotion” affirme-t-elle. Finalement, l’ancienne chroniqueuse conserve un très bon souvenir de cet épisode, qu’elle prend avec le sourire : “Le plus drôle c’était le décalage entre moi, deux minutes avant où j’étais très énervée et juste après où j’avais envie de recommencer” ajoute-t-elle.

Carte blanche pour Doria Tillier

Reconnue pour son humour au-delà de ses talents d’actrice, l’ex “Miss météo” assure qu’elle aura carte blanche pour la cérémonie du Festival de Cannes et qu’aucune réglementation ne lui a été fixée. Actuellement à l’affiche de Présidents, le nouveau film comédie d’Anne Fontaine, Doria Tillier est claire : elle sera elle-même. La cérémonie d’ouverture sera retransmise en direct sur Canal+ à partir de 19h15.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : DOMINIQUE JACOVIDES / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet