“Sainte nitouche”, “Bécassine”… Quand Ségolène Royal essuyait de virulentes critiques

Dans le documentaire Dans l’enfer des campagnes présidentielles, diffusé ce lundi 10 janvier sur BFMTV, est évoquée celle de Ségolène Royal, parcourue de virulentes critiques à l’égard de la candidate qu’elle était.

BFMTV revient sur les déboires qui ont parcouru les récentes campagnes présidentielles, ce lundi 10 janvier, à 20h50, dans le documentaire Dans l’enfer des campagnes présidentielles. Lorsque le cas de Ségolène Royal est évoqué, un épisode bien précis fait l’objet d’une analyse. En 2007, en pleine campagne, la candidate socialiste est en voyage en Chine, lorsqu’elle fait un terrible faux-pas, qui la discrédite. Il s’agit d’une petite phrase, avec un mot inventé pour l’occasion : « En bravant le vent et le froid, c’est l’accès à la bravitude. » Immédiatement, le mot est récupéré par ses opposants pour se moquer d’elle.

Julien Dray, le conseiller de Ségolène Royal à l’époque, a été marqué par cet épisode de la campagne de 2007. « L’adversaire avait décidé de la faire passer pour une sainte nitouche, pour Bécassine, analyse-t-il. Il fallait donc trouver les gaffes de Bécassine en les montant en épingle, en disant ‘vous voyez, c’est Bécassine’. » Ce que la droite a tenté de faire pendant des semaines à la suite de cette sortie de Ségolène Royal.

Comment Ségolène Royal s'attire les foudres en 2007 avec la "bravitude"

👉 Extrait du long format "Dans l'enfer des campagnes présidentielles"

📺 À découvrir en intégralité ce soir à 20h50 dans Ligne Rouge sur @BFMTV pic.twitter.com/RYhTqfOiTW

« On n’est pas prêt aux attaques« 

Dans le documentaire, le co-directeur de campagne de Ségolène Royal, François Rebsamen, intervient à son tour pour défendre son ancienne collaboratrice. « Concrètement, on n’est pas prêt aux attaques, à la réactivité qu’on doit avoir dans une campagne. Moi, je sous-estime, je le reconnais aujourd’hui, l’ampleur que peut prendre ‘bravitude’. » La phrase qu’il trouve bon enfant et « assez bien trouvée » se retourne contre Ségolène Royal, qui devient une cible facile pour ses opposants.

Dans ce même documentaire, les attaques envers un autre candidat sont analysées. Il s’agit de nul autre que… Emmanuel Macron. L’actuel président a lui aussi fait face à de nombreuses attaques en 2017, notamment à des rumeurs d’homosexualité cachée, visant à le discréditer.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Claudia Albuquerque / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet