“Télématin” : cette vidéo qui a véritablement dégoûté Julia Vignali

Mercredi 10 novembre 2021 dans Télématin, l’animatrice Julia Vignali a été complètement dégoûtée par une étonnante séquence : une nouvelle technique pour réaliser des tests PCR.

  • Julia Vignali

Depuis la rentrée 2021, de nouveaux visages ont pris les commandes de Télématin sur France 2 : exit Laurent Bignolas, bonjour Thomas Sotto et Julia Vignali. Si le journaliste était déjà bien présent sur les antennes de France Télévisions, assurant notamment les interviews politiques aux côtés de Léa Salamé, il s’agit d’un vrai virage pour la compagne de Kad Merad. Aux commandes du Meilleur pâtissier depuis 2017 sur M6, l’animatrice a changé de registre pour venir s’installer autour de la table de Télématin, où sa fraîcheur et son franc-parler font le bonheur des téléspectateurs, comme lorsqu’elle évoque… sa ménopause en direct à l’antenne. Mais la journaliste de 46 ans connaît aussi des moments bien plus étranges sur le plateau.

« Non mais c’est affreux »

La preuve mercredi 10 novembre 2021 sur France 2. Comme tous les matins, le chroniqueur Anicet Mbida prenait la parole pour dévoiler des images inédites aux téléspectateurs. Cette fois, le journaliste avait décidé d’évoquer les avancées technologiques dans le domaine médical, notamment dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. Les téléspectateurs ont pu d’abord découvrir un robot conçu pour injecter une dose de vaccin directement dans le bras des patients, sans aiguille, provoquant un léger frisson chez les personnes en plateau au moment de visionner les images.

Mais c’est une autre avancée en robotique qui a dégoûté les animateurs et chroniqueurs, Julia Vignali en particulier : un robot capable de réaliser… des tests PCR, pour détecter la positivité au Covid-19. « Oh non, oh non ! » lance l’animatrice avant même la diffusion des images d’un homme, la tête posé sur un rebord médical, prêt à recevoir un écouvillon guidé de façon automatique dans la narine. Au retour plateau, on retrouve l’animatrice la main posée sur la tête, un air de dégoût sur le visage, incapable de regarder la suite des images. « Non mais c’est affreux » lance-t-elle en agitant le bras. Voilà une avancée technologique qui ne fera pas tout de suite l’unanimité…

Source: Lire L’Article Complet