« Très important de ne pas se louper » : Emmanuel Macron terrorise ses ministres

Le séminaire de rentrée du gouvernement de ce mercredi 8 septembre aurait plutôt des airs d’examen de fin de mandat pour les ministres, comme le révèle David Doukhan dans Le Parisien de ce jour.

À peine rentrés, déjà interrogés. Emmanuel Macron a prévu de faire plancher ses ministres lors du séminaire gouvernemental organisé ce mercredi 8 septembre à l’Élysée. C’est ce que croit savoir David Doukhan, journaliste à la tête du service politique du Parisien. Dans son éditorial du jour, il dévoile une série de quatre questions que le chef de l’État aurait préparé pour son gouvernement, auxquelles chacun devra apporter sa réponse. Pas le temps de reprendre en douceur, lors de cette dernière rentrée avant l’élection présidentielle.

Au menu de ce questionnaire de rentrée : “Quelles mesures à mettre en œuvre avant la fin du mandat ?“, “Que peut-on encore faire pour simplifier l’administration ?“, “Comment mieux valoriser le bilan ?” et “Quels sont les risques que nous devons identifier et anticiper ?” Des questions de politique générale, sur l’action globale du gouvernement dans ses derniers mois d’action, que le président aurait l’habitude de poser pendant un séminaire gouvernemental. Mais cette fois, la pression est d’autant plus forte, période de crise sanitaire oblige.

Emmanuel Macron veut “une réflexion politique” de la part de ses ministres

Et pour les membres du gouvernement, ce qui pourrait être un simple échange se transforme en grand oral, avec la dose de préparation et de stress inhérente. Un ministre qui a déjà dû se soumettre à l’interrogation confie à David Doukhan : “C’est très important de ne pas se louper. Certains ont rarement l’occasion de s’exprimer devant le président“. Car Emmanuel Macron a des exigences dans la forme de l’exercice : pas question que la séance de réflexion ne tourne à la compétition entre ministres, ou qu’ils ne l’utilisent pour favoriser leurs secteurs respectifs.

Non, ce que le président recherche, c’est une véritable “réflexion politique“, selon le journaliste. Et à ceux qui seraient novices en la matière, ce senior du gouvernement conseille de “ne pas prendre la parole dans les derniers. D’abord, toutes les choses intelligentes ont déjà été dites, et puis, vers la fin, comme l’heure tourne, le président a tendance à montrer son impatience“. Le “maître des horloges” n’a pas le temps de le perdre.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet