Trop, c’est trop ! Christophe Castaner tire les bretelles des députés LREM

Lors de la réunion hebdomadaire de la majorité, Christophe Castaner a recadré les députés concernant l’absence de certains élus. « On ne nous plante pas », a tancé le président du groupe LREM à l’Assemblée, d’après des propos rapportés par Le Parisien.

La majorité l’a échappé belle. Dans une ambiance tendue, les députés ont adopté le controversé projet de loi « vigilance sanitaire ». L’article 2, qui permet à l’exécutif d’imposer le pass sanitaire jusqu’à l’été, a été voté d’une très, très courte tête : à une voix près, à 74 pour face à 73 contre. Un résultat inadmissible pour Christophe Castaner. Lors de sa réunion hebdomadaire avec la majorité, le président des députés LREM a mis les points sur les i. « On ne peut pas avoir certains députés de permanence ou des commissions concernées qui considèrent leur présence comme accessoire ou qui ne répondent pas au groupe. On ne nous plante pas », a-t-il fulminé ce mardi 26 octobre, d’après des propos rapportés par Le Parisien.

Dans son coup de gueule, Christophe Castaner a fustigé l’absence de certains élus de l’Assemblée nationale. En cause : « le coup du rideau ». Comme l’explique Le Parisien, cette technique parlementaire consiste, pour l’opposition, à se rendre en force lors du vote au sein de l’hémicycle, afin de prendre par surprise la majorité, devenue soudainement minoritaire. Dans le cas présent, une seule voix de plus a permis d’adopter l’article en question, qui prévoit de prolonger le pass sanitaire jusqu’au 31 juillet. Christophe Castaner n’a pas l’intention d’en rester là : l’ancien ministre de l’Intérieur a exigé la liste des élus absents lors du vote. « J’ai demandé des listes nominatives, je ne suis pas pour le ‘name and shame’ mais j’ai besoin de voir clair et de comprendre », aurait-il lancé aux députés, d’après Le Parisien.

Une loi limitée par les sénateurs

Finalement adopté de justesse, le texte de loi va être étudié dans l’hémicycle par le Sénat ce jeudi 28 octobre. En commission, les sénateurs ont adopté le projet de loi tout en réduisant sa portée : les élus souhaitent limiter la prolongation du pass sanitaire au 28 février (et non plus au 31 juillet) et réserver ce fameux QR code aux départements où moins de 75% de la population est totalement vaccinée et présentant d’un taux d’incidence élevé.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Laetitia Notarianni/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet