Un déconfinement « au doigt mouillé » : le Pr Philippe Juvin charge Emmanuel Macron

En dévoilant son calendrier de déconfinement, Emmanuel Macron a fait des heureux… et des sceptiques. Au micro de France Inter, ce vendredi 30 avril, le professeur Philippe Juvin estime que cette décision a été prise à l’aveugle.

A propos de


  1. Emmanuel Macron


  2. Philippe Juvin

C’est officiel ! Le confinement touche progressivement à sa fin. Ce jeudi 29 avril, Emmanuel Macron a dévoilé un calendrier dont les mesures d’assouplissement s’étendent jusqu’au 30 juin. Si les Français sont majoritairement heureux de voir la lumière au bout du tunnel, et d’investir de nouveau les terrasses dès le 19 mai, certains restent sceptiques, voire pessimistes. C’est le cas de Philippe Juvin, pour qui les critères de ce déconfinement ne sont pas transparents. Si le professeur de médecine comprend que la décision du président se base sur des données scientifiques, sociales et économiques, il a aussi « l’impression que c’est fait au doigt mouillé, pour ne pas être les derniers à déconfiner en Europe ».

Pour Philippe Juvin, tout aussi heureux de voir la situation se décanter, tempère et affirme que ce déconfinement ne devrait pas être « fait n’importe quand ». L’expert alerte ainsi sur la tension hospitalière qui ne faiblit pas, alors que les salles de réanimation accueillent encore près de 6 000 personnes. « Vous ne trouverez pas beaucoup de médecins qui vous diront ‘on peut y aller les yeux fermés, tout va bien’ », a-t-il ajouté.

[email protected] : "Aujourd'hui, peu de médecins vous diront qu'on peut y aller les yeux fermés. Qu'il faille déconfiner, on en est tous heureux, la question, c'est pas n'importe comment." #le79Inter pic.twitter.com/VSgo7go05M

Les feux ne sont pas tous au vert

En ce qui concerne la stratégie gouvernementale, Philipp Juvin insiste sur la nécessité d’accélérer la vaccination et de surveiller les variants, « ce que l’on ne fait pas aujourd’hui ». Le maire de la Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) dénonce un déconfinement organisé à l’aveugle et rappelle que la situation sanitaire n’est pas bonne, bien que certaines données soient encourageantes. « On va déconfiner avec des chiffres moins bons qu’au moment où on a confiné », a-t-il analysé. Philippe Juvin pointe notamment du doigt une tactique de « ça passe ou ça casse » : « En tant que maire, je me satisfais de voir des commerces rouvrir, mais je m’inquiète aussi de voir une population qui peut tomber malade. »

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Capture France Inter

Autour de

Source: Lire L’Article Complet