« Une prétention incroyable » : Martin Blachier et Gérald Kierzek sévèrement attaqués

Interviewée par L’Express, ce vendredi 7 janvier, l’épidémiologiste Dominique Costagliola a critiqué les prises de parole de Martin Blachier ou encore de Gérald Kierzek dans les médias, en les accusant de ne pas véritablement maîtriser les sujets qu’ils abordent.

Ce vendredi 7 janvier, l’épidémiologiste Dominique Costagliola a fait le point, dans les colonnes de L’Express, sur la situation sanitaire actuelle, sur l’évolution de la vague Omicron en France, ou encore sur le nouveau protocole concernant l’isolement des cas contacts et personnes positives au Covid-19. Profitant de l’occasion pour donner son avis sans prendre de pincettes, la biostatisticienne de 67 ans a taclé les « rassuristes » qui continuent notamment de minimiser les risques liés aux nouveaux variants, à commencer par Martin Blachier et Gérald Kierzek.

« Ils ont déjà dit qu’il n’y aurait pas de deuxième vague, ou qu’il n’y avait alors pas de personnes en réanimation, alors que ces services étaient débordés », a-t-elle déploré, en critiquant les deux médecins, qui enchaînent les interviews et les apparitions télévisées. « Leur discours n’est basé sur rien, si ce n’est une prétention incroyable », a affirmé Dominique Costagliola, qui a fait un choix catégorique : « Désormais, je ne réponds plus aux invitations de LCI, parce que cette chaîne continue à les inviter. » De plus, l’épidémiologiste regrette l’importance donnée à Gérald Kierzek, ou encore à Michaël Peyromaure, chef du service d’urologie à l’hôpital parisien Cochin, de la part de l’exécutif.

Des médecins chroniqueurs dans le collimateur de leurs confrères

Pour Dominique Costagliola, ces deux personnalités n’auraient pas dû être auditionnées par le Sénat. « Ce n’est pas la première fois que des politiques légitiment des personnes qui ne sont pas de bons scientifiques », a-t-elle déclaré, en remettant en question la décision du Président de « se rendre dans le bureau de Didier Raoult en avril 2020, à un moment où l’on savait déjà que son étude sur l’hydroxychloroquine était nulle ». Fin décembre 2021, un médecin urgentiste s’en prenait déjà à Martin Blachier et à Gérald Kierzek sur Twitter, en leur reprochant de « nier la réalité » concernant la crise sanitaire. Afin de les encourager à se rendre sur le terrain pour pouvoir parler de ce qui se passe réellement à l’hôpital, Yonathan Freund, de son nom, les invitait à « passer une journée » avec lui, lors d’une nuit de garde aux urgences.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Best Image/TF1/Montage Gala.f

Autour de

Source: Lire L’Article Complet