Valérie Bacot, marquée à vie : ce mot symbolique que son bourreau a tatoué sur son corps

Valérie Bacot, jugée pour le meurtre de son mari violent et proxénète devant les assises de Saône-et-Loire deux semaines plus tôt, a accepté de se confier à Paris Match, dans le prochain numéro qui paraîtra le 8 juillet 2021. Des confidences exclusives.

Restez informée

Une moitié de vie gâchée. Le 25 juin 2021, Valérie Bacot était jugée devant les assises de Saône-et-Loire pour avoir assassiné d’un coup de fusil son mari après une violente dispute. Le cinquantenaire, déjà jugé pour agression sexuelle sur Valérie Bacot vingt ans plus tôt, l’obligeait également à avoir des rapports sexuels dans un camion le soir pour renflouer les caisses de leur famille. Une situation que la mère de famille ne pouvait plus accepter… au point d’abattre cet homme qui fut l’ex-compagnon de sa mère, son amant et enfin son mari et père de ses enfants. Alors qu’elle risquait la perpétuité pour “assassinat” est finalement ressortie libre du tribunal. Dans les colonnes de Paris Match, Valérie Bacot se livre à cœur ouvert.

“Je veux faire disparaître l’encre”

Le 7 juillet 2021, nos confrères de Paris Match ont dévoilé un extrait de l’interview de Valérie Bacot. “Quand je répare, que je comble les fissures, les crevasses et le vide, j’ai l’impression que je me répare aussi”, a confié la mère de deux enfants. Mais le travail ne s’arrête pas là pour Valérie Bacot. En effet, la jeune femme de trente-cinq ans a également été meurtrie dans sa chaire au point de sentir encore la présence de son bourreau lorsqu’elle se regarde dans le miroir, et ce, pour une raison bien précise. “Il a inscrit son nom sur moi, sur mes parties intimes. Je veux faire disparaître l’encre”, a-t-elle confié à nos confrères de Paris Match.

Après avoir passé un an derrière les barreaux, Valérie Bacot est désormais libre. Cependant, le chemin va être encore long… Après avoir vécu le calvaire pendant plus de vingt-cinq ans, la jeune femme ressent une profonde rancœur envers certaines personnes de son entourage : “J’éprouve de la rancœur contre un tas de gens. J’en veux à ceux qui nous ont tourné le dos. Ceux qui nous ont abandonnés. Alors Valérie Bacot tente d’écouter les conseils de ses amis : “J’entends parler de résilience mais je ne comprends pas ce mot…”, a-t-elle admis, encore extrêmement marquée. Une nouvelle vie qui s’offre à elle, où tout est à (re)faire…

Source: Lire L’Article Complet