VIDÉO – François Hollande invité d’Anne-Elisabeth Lemoine dans C à vous : cette remarque inattendue sur Valérie Trierweiler

Sur le plateau de « C à vous », ce mercredi 20 octobre, Anne-Elisabeth Lemoine a présenté le nouvel album de Sylvie Vartan. Son titre, un brin évocateur, a poussé l’animatrice à glisser une référence en lien avec Valérie Trierweiler.

Le clin d’œil fut bref mais immanquable. Ce mercredi 20 octobre, Anne-Elisabeth Lemoine a accueilli Sylvie Vartan sur son plateau à l’occasion de la sortie de son cinquantième album, intitulé Merci pour ce regard. Avec un tel titre, il n’en fallait pas plus à Anne-Elisabeth Lemoine pour penser à l’un des livres de Valérie Trierweiler. « Pardon mais je n’ai cessé de penser à Merci pour ce moment quand François Hollande était à vos côtés », lance-t-elle à la chanteuse, en faisant référence au moment où l’ancien président de la République était encore présent sur le plateau, quelques minutes plus tôt. Et d’ajouter, avec prudence : « Mais tout le monde s’est bien tenu et personne n’a fait d’allusion ».

Les allusions qu’évoquent Anne-Elisabeth Lemoine sont directement liées au symbole qu’incarne le livre de Valérie Trierweiler. L’ouvrage évoque, entre autres, ses neuf années de relation avec François Hollande. Ecrit en 2014 après sa rupture avec l’homme politique, et devenu un best-seller, il s’est érigé comme une « porte de sortie », voire une « porte de survie », assurait l’auteure dans l’émission Face caméra, diffusée sur France 3.

Des propos blessants pour François Hollande

Dans cet ouvrage, Valérie Trierweiler revient sur son enfance, sa carrière de journaliste, mais surtout sur ses moments passés avec François Hollande. Un passage a particulièrement heurté ce dernier. La journaliste écrivait alors au sujet du compagnon de Julie Gayet : « Il s’est présenté comme l’homme qui n’aime pas les riches. En réalité, le président n’aime pas les pauvres. Lui, l’homme de gauche, dit en privé : « les sans-dents », très fier de son trait d’humour. » Des propos sur lesquels était revenu l’intéressé dans les colonnes de L’Obs. « Cette attaque sur les pauvres, les démunis, je l’ai vécue comme un coup porté à ma vie tout entière », avait-il déclaré. « Je ne veux pas qu’on puisse dire ou écrire que je me moque de la douleur sociale, car c’est un mensonge qui me blesse. »

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Capture France 5

Autour de

Source: Lire L’Article Complet