VIDEO – « Il se regarde le nombril, il est vide » : Emmanuel Macron épinglé dans L’heure des pros

Ce mercredi 25 août, L’Heure des pros s’est penchée sur la sortie du livre Tant qu’on est tous les deux (Flammarion), dans lequel François Hollande étrille son successeur Emmanuel Macron. L’occasion pour Ivan Rioufol de donner son opinion radicale sur le chef de l’État.

Dans le livre Tant qu’on est tous les deux (Flammarion), de Gaël Tchakaloff, François Hollande s’en est pris à Emmanuel Macron, son successeur à l’Élysée, sous couvert d’anonymat. Bien que son nom ne soit pas spécifié, il apparaît évident qu’il s’agit du compagnon de Julie Gayet, locataire de l’Élysée quand Emmanuel Macron en était le secrétaire général adjoint puis ministre de l’Économie. D’après des propos repérés par L’Express, ce mercredi 25 août, le chef de l’État ne serait pas « très cultivé ». « Il saupoudre une pincée de chaque couleur politique selon les jours, dans un savant dosage. Il ne croit en rien, il n’a aucune conviction », a estimé l’ex-hôte de l’Élysée, pour qui l’époux de Brigitte Macron ne serait « rien politiquement ».

Ces propos radicaux ont été au cœur d’un débat dans L’Heure des pros, ce mercredi 25 août. Éditorialiste au Figaro, Ivan Rioufol n’a pas épargné Emmanuel Macron. Ce dernier ne serait « pas fini ». « Il s’improvise au fil des événements », a fait savoir le chroniqueur de CNews. D’après le polémiste, l’ancien banquier d’affaires serait « un personnage de théâtre qui se regarde le nombril, s’écoute parler ». « Il est très flamboyant en apparence et il est, de mon point de vue, empli de creux et de vide », a-t-il ajouté.

Une trahison politique et amicale

Dans cet ouvrage consacré au couple Macron, François Hollande n’est pas avare en critiques acerbes contre son ancien ministre. L’ex-compagnon de Valérie Trierweiler garde en travers de la gorge le départ en 2016 du locataire de Bercy, engagé dans la course à l’Élysée. « Quand il a déclaré sa candidature, il n’a même pas pris le soin de m’appeler, il s’est contenté d’un SMS », a-t-il glissé avec amertume. Une trahison politique et amicale brutale pour l’ancien président, qui ne s’est pas représenté pour un second mandat.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Capture d’écran CNews

Autour de

Source: Lire L’Article Complet