VIDEO – Laurence Ferrari amusée sur le port du masque : « On est vraiment paradoxaux ! »

Ce lundi 14 juin, sur RTL, le directeur général de la santé Jérôme Salomon a laissé entendre que le port du masque en extérieur pourrait être levé le 30 juin prochain, “si tout se passe bien.” Un sujet qui a fait sourire Laurence Ferrari à l’antenne de CNews…

Exit le port du masque à l’extérieur cet été ? Si l’hypothèse a été envisagée par le gouvernement, Jérôme Salomon est revenu sur cette question, ce lundi 14 juin, au micro de RTL. “Si tout se passe bien, on lèvera encore un certain nombre de contraintes le 30 juin. Si les conditions le permettent”, a annoncé le directeur général de la santé auprès de nos confrères. Présent sur le plateau de Punchline, Karim Zeribi s’est également exprimé sur le sujet, estimant qu’il fallaitfaire confiance aux automatismes des Français.” Face à lui, Laurence Ferrari a déclaré : “Il y en a qui veulent le garder. Rappelez-vous ce récent sondage, c’était plus de 67% des Français qui voulaient garder le masque en extérieur.”

Mais personne ne dit que si on n’oblige pas à le porter, il est interdit de le porter, a rétorqué son chroniqueur. Un constat qui n’a pas manqué d’amuser l’ex de Thomas Hugues : On est vraiment paradoxaux quand même !, a-t-elle ironisé. Son interlocuteur a alors poursuivi son raisonnement : “Si certains sont rassurés à le porter parce qu’effectivement, ça les protège et psychologiquement ça leur fait du bien, grand bien leur fasse ! Mais qu’on n’oblige pas ceux qui sont dehors en plein air à le porter alors qu’on sait très bien que scientifiquement, il n’est pas prouvé que le danger était présent”, a-t-il expliqué. “Vous avez raison“, a rétorqué Laurence Ferrari.

Laurence Ferrari voit un avantage aux gestes barrières

Si l’on imagine qu’elle aussi est impatiente de ne plus porter le masque de façon obligatoire, Laurence Ferrari a tout de même vu un avantage aux gestes barrières durant la pandémie de Covid-19. En avril dernier, alors que le journaliste Jean-Claude Dassier s’exprimait sur le monde d’après sur le plateau de Punchline, la journaliste de CNews avait laissé entendre que certaines habitudes ne lui manquaient pas : “Si on peut éviter les bises lourdingues, on ne dit pas non“, avait-elle déclaré. À bon entendeur…

Crédits photos : Capture d’écran CNEWS

Autour de

Source: Lire L’Article Complet