VIDEO Philippe Candeloro révèle que l’un de ses dérapages a nui à sa carrière

Les blagues sexistes de Philippe Candeloro avaient créé la polémique lors des JO de Sotchi en 2014. L’une d’entre elle a d’ailleurs causé du tort au patineur artistique, comme il l’a expliqué lors de son passage dans Touche pas à mon poste.

En 2014, Philippe Candeloro commentait les JO de Sotchi avec son acolyte Nelson Monfort. Au cours de cet événement sportif mondial retransmis sur les chaînes du groupe France Télévisions, certaines interventions sexistes du patineur artistique avaient suscité de vives critiques de la part des téléspectateurs. Parmi les répliques du sportif de 47 ans ayant créé la polémique, on compte notamment la célèbre : « Je connais plus d’un anaconda qui aimerait venir l’embêter un petit peu cette jeune Cléopâtre canadienne ».

Deux ans plus tard, Philippe Candeloro affirmait ne rien regretter de ses propos. « Quand je suis invité dans une émission de télé, on vient me chercher pour évidemment dire tout ce que j’ai sur le cœur, dans la tête et ailleurs, pour que ça fasse du buzz », expliquait-il dans l’émission Tout et son contraire diffusée sur Franceinfo. Pourtant, ces sorties, à commencer par celle sur « l’anaconda  », lui ont valu des remontrances, d’après ses déclarations sur le plateau de Touche pas à mon poste le mardi 29 octobre.

« Le CSA avait réagi »

« L’anaconda, il m’a coûté cher, a en effet assuré le patineur artistique après avoir revu la fameuse séquence. Derrière, on a été un peu… » Alors qu’il n’a pas souhaité aller au bout de sa pensée, son compère Nelson Monfort a immédiatement volé à son secours en ajoutant : « J’ai toujours essayé de protéger Philippe, si je puis dire. Mais d’un autre côté, je trouve tellement dommage […] de perdre cette spontanéité qui le caractérise ». Philippe Candeloro s’est ensuite défendu en affirmant que ses blagues manquent à certains de ses fans. « Quand on est derrière le micro, on sait qu’il faut faire attention à cause du politiquement correct, a-t-il poursuivi. Alors que dans la rue, j’ai plein de gens qui me disent : “Alors Philippe, tes histoires de cul, quand est-ce que t’en refais à la télé ?“ » Isabelle Morini-Bosc a ensuite rappelé que « le CSA avait réagi » à la blague du commentateur. Une mise en garde qui n’a pas convaincu ni inquiété l’ancien candidat de Danse avec les stars, visiblement lassé de devoir prendre des pincettes.

Source: Lire L’Article Complet