VIDÉO – « Un grand désespoir », Renaud marqué par le massacre de Charlie Hebdo

A l’occasion de l’exposition que la Philharmonie consacre à Renaud, son frère David Séchan s’est confié le 9 novembre dans Passage des arts sur France 5 sur l’impact terrible des attentats de Charlie Hebdo sur le chanteur.

La Philharmonie de Paris consacre au chanteur Renaud une grande exposition intitulée «Renaud. Putain d’expo !». Si les mesures de confinement mises en place dans le pays pour endiguer la propagation de la pandémie de Covid-19 ont contraint l’exposition à fermer ses portes, Claire Chazal lui a consacré un reportage dans Passage des arts sur France 5 le 9 novembre. L’occasion pour David Séchan, le frère jumeau de Renaud, de s’attarder sur les liens très forts qui unissaient le chanteur au journal satirique Charlie Hebdo.

L’attentat qui a décimé la rédaction le 7 janvier 2015 a été un véritable traumatisme pour Renaud. “Il a eu beaucoup de mal à s’en remettre, c’étaient tous ses copains. Ça a été une grande détresse et un grand désespoir pour lui“, explique David Séchan. Lors d’un passage dans l’émission Droit de Réponse en 1982, Renaud n’avait d’ailleurs pas caché son amour pour l’hebdomadaire satirique. “Le seul journal qui m’a fait rire moi dans ma vie c’était Charlie Hebdo“, confiait-il alors. Très proche de Cabu et de Charb avec qui il aimait dessiner, Renaud a écrit une centaine de chroniques dans Charlie Hebdo entre 1992 et 1996. Des dessins et des saillies drolatiques dont les planches sont exposées à la Philharmonie.

En 2016, après les attentats, Renaud avait d’ailleurs repris la plume pour une série de chroniques acides et pleines d’auto-dérision. “Tant qu’à mourir, je préférerais infiniment qu’on tue l’auteur de ces lignes, héros tombé en martyr de la presse libre à cent sous plutôt qu’au guidon d’une motocyclette qui fait prout-prout ou bouffé par de méchantes métastases très désagréables.”, écrivait-il alors. Un bel hommage.

Crédits photos : Capture France 5

Source: Lire L’Article Complet