À Paris, un appartement réaménagé pour gagner une chambre en plus

D’abord le charme et la luminosité de cet appartement tout en longueur puis le secteur ont immédiatement séduit Laure Grabulos, cofondatrice du cabinet Laune Architecture, et son compagnon. Après avoir vécu plusieurs années dans le très touristique Marais, le couple en mal de vie de quartier tombe amoureux de ce 58 m² situé au 4ème étage d’un immeuble de la rue Condorcet dans le 9ème arrondissement de Paris. Si Laure Grabulos a tout de suite perçu le potentiel de son nouveau lieu d’habitation, elle s’est surtout éprise de l’ambiance village caractéristique de la rue des Martyrs qui se trouve juste à l’angle. 

Un appartement avec deux chambres en enfilade 

Mais voilà que trois ans après son installation, le couple souhaite fonder une famille et doit faire face à une problématique de taille : l’appartement bien que spacieux ne compte qu’une seule chambre. Naturellement, les propriétaires ne désirent aucunement quitter ce nouveau cocon posté dans l’un des quartiers les plus prisés des familles parisiennes. L’option déménagement est alors inenvisageable.

Pour convenir pleinement à cette future vie à trois sans tirer un trait sur son bien immobilier fraîchement acquis, Laure Grabulos décide de restructurer l’espace avec l’aide de son associée Pauline Marcyniuk. Ensemble, les deux architectes inversent les espaces jour et nuit afin d’ajouter une chambre d’enfant supplémentaire. Le généreux double salon accueille désormais les deux chambres en enfilade, la salle de bains et la cuisine ont été interverties tandis que la pièce de vie siège aujourd’hui dans l’ancienne suite parentale. Entre sobriété et pièces bien choisies, la décoration se met quant à elle au service des volumes haussmanniens.

C’est avec une ingéniosité aiguisée que les architectes de l’agence Laune Architecture ont réalisé un exemple de fonctionnalité pour créer une pièce supplémentaire et accueillir un nouvel occupant. La preuve en images. 

  • Un appartement de style Canut s’illumine à Lyon
  • Un appartement haussmannien restructuré pour gagner en fluidité et liberté

Un appartement tout en longueur

Situé au 4ème étage, l’appartement dévoile sa structure longiligne dès l’entrée. À gauche, une malle ancienne surplombée de patères fait office de meuble à la fonctionnalité imparable. Au bout du couloir, on peut apercevoir la pièce de vie où un grand miroir doré directement posé au sol accentue la sensation de profondeur.  

Une cuisine ouverte entièrement repensée

À droite du couloir, on découvre la cuisine ouverte installée dans l’ancienne salle de bains. Choisie dans un blanc mat pour mettre en valeur les codes classiques de l’haussmannien, elle semble être là depuis toujours. Pour parvenir à cette illusion parfaitement maîtrisée, l’architecte a fait déposer une cloison, a repris du parquet et a même découpé de nouvelles moulures en staff pour créer un volume homogène où le charme ancien opère. 

Une grande table en bois dans la salle à manger

Ici, les façades blanches qui cachent les parties techniques avec discrétion, le plan de travail et la crédence en céramique soulignent subtilement l’esthétisme suranné de cette grande table en bois de récupération où les propriétaires reçoivent, travaillent et cuisinent. 

Une pièce à vivre confortable et lumineuse

Avec un accent mis sur les matières naturelles et les teintes organiques, le salon dépourvu de télévision appelle à la déconnexion. Installé face à la fenêtre pour bénéficier d’une vue sur l’extérieur, le canapé couleur brique de sienne signé Merci est coiffé d’une petite bibliothèque réalisée sur-mesure

Un salon qui mixe pièces chinées et œuvres contemporaines

Miroir XXL déniché dans la maison familial, table basse minimaliste Serax et fauteuil pliable MG501 Cuba par Morten Gottler pour Carl Hansen & Son, ce salon combine avec justesse pièces chinées et œuvres contemporaines. 

Un long couloir épuré

Demi-tour vers le couloir de l’entrée qui dessert la salle de bains et les chambres en enfilade. À droite, une étagère vintage String accueille livres et objets chers aux propriétaires. 

Une chambre parentale à la décoration apaisante

Premier arrêt : atmosphère épurée de rigueur dans la chambre parentale. Un lit, un dressing à gauche, un tableau en diptyque, un rondin de bois massif en guise de table de chevet piqué d’une lampe métallique. Efficacité redoutable.

Une banc en bout de lit pour plus de praticité

Ultime détail qui fait toute la différence, le banc en cannage et pieds tubulaires joue les bouts de lit. Pratique et déco. 

Une adorable chambre d’enfant

C’est la seule pièce où les murs ne sont pas blancs. Partie de l’univers tropical du papier peint panoramique, l’architecte a meublé la chambre d’enfant non sans cohérence. Lit et étagère en rotin, linge de lit aux tonalités naturelles, voilà une chambre propice aux envies d’évasion.  

Une salle de bains sobre et fonctionnelle

Retour dans le couloir. La salle de bains s’inscrit dans la même épure immaculée que l’on observe dans le reste de l’appartement. Tout comme dans la cuisine, on retrouve les façades et le plan de travail blancs. Ce monochrome lumineux est ici relevé par une robinetterie noire qui insuffle une note graphique : simple mais séduisante. 


Source: Lire L’Article Complet