Ayurveda : 5 secrets à piquer à la médecine traditionnelle indienne

Venu de l’Inde, l’ayurveda, qui signifie « science de la vie », est à la fois une médecine et une méthode de développement personnel.

Restez informée

En utilisant des rituels d’hygiène quotidiens, des postures de yoga, des exercices de respiration et de méditation, il a pour but de nous mener vers un état d’équilibre. Un peu déroutante pour les non-initiés, cette discipline millénaire s’intéresse à tous les aspects de la santé.

Pour étirer la colonne vertébrale

Trikonasana, la posture du triangle. Cet asana (le terme sanskrit désignant une posture) est un exercice fondamental en yoga, pratiqué aussi bien par les débutants que par les plus aguerris. « En étirant le dos, les bras, les jambes, le torse, il améliore la flexibilité de la colonne, rééquilibre le système nerveux, et travaille sur la stabilité des membres inférieurs… Encore faut-il bien le réaliser », avertit Samuel Ganes, thérapeute ayruvedique.

Debout, pieds écartés, on penche le buste d’un côté, jusqu’à toucher le tibia avec la main, tout en levant la main opposée vers le ciel et en étirant le haut du corps. Mais mieux vaut en effet suivre l’exemple d’un professeur de yoga pour tirer tous les bénéfices de cette posture, sans se blesser.

Pour être présent ici et maintenant

So ham, une forme de méditation. La méditation est une part importante de l’ayurveda. Déclinée dans le monde entier, elle comporte une part de relaxation, de respiration, d’attention à soi. Elle n’est pas immédiatement accessible et demande une certaine pratique, et de la répétition, pour être maîtrisée. « So ham est une technique de méditation« , indique Samuel Ganes. So signifie « ici, ceci », et ham « je suis ».

On pense so pendant l’inspiration et ham pendant l’expiration, tout en se répétant mentalement le mantra « je suis ici ». Cette méditation aide à s’incarner, à se percevoir et à ancrer son mental dans le lieu et l’instant présent, tout en renforçant sa concentration.

Pour éliminer les toxines

Gandouch, le bain de bouche à l’huile végétale. En tant que porte d’entrée de la respiration dans l’organisme, la zone ORL est une zone clé dans l’ayurveda, et doit être scrupuleusement nettoyée au quotidien. C’est pourquoi le bain de bouche à l’huile végétale, appelé gandouch ou gandusha, est réalisé chaque matin, à jeun.

Ce rituel, à pratiquer dans le calme, consiste à éliminer les toxines qui se sont accumulées durant la nuit dans la bouche, en y faisant circuler une huile végétale pendant plusieurs minutes, avant de la recracher. Cette huile (de sésame ou de coco par exemple, mais aussi d’olive ou de moutarde) est aussi appelée ici « huile de traction » car elle attire et absorbe les toxines présentes, ce qui permet de les éliminer quand on recrache l’huile.

Pour oublier les tensions

Bhramari pranayama, le souffle de l’abeille. Dans l’ayurveda, le souffle est l’énergie vitale. Contrôler son souffle (c’est ce que signifie pranayama) revient à agir sur son état émotionnel et physique, pour atteindre une forme d’harmonie entre le corps et l’esprit.

Dans la respiration de l’abeille, oreilles bouchées par les pouces, on alterne des inspirations courtes et profondes, des apnées poumons pleins et des expirations aussi longues que possible. Sur l’expiration, on produit des vagues de sons, des bourdonnements aigus semblables à ceux d’une abeille, qui entraînent une vibration dans le nez, les yeux, les oreilles. Le but de cette respiration est de détendre les muscles et nerfs de la région ORL, d’abaisser l’anxiété, et de faire diminuer les tensions, par exemple pour préparer au sommeil.

Pour lutter contre les troubles ORL

Jala neti, la douche nasale. Un autre rituel quotidien est celui du nettoyage de l’intérieur du nez. Réalisé chaque matin, il lutte contre la sécheresse nasale, désobstrue le nez en éliminant le mucus présent, et prévient les infections de cette zone.

On utilise dans ce rituel un lota, une sorte de mini-arrosoir, rempli d’eau tiède et légèrement salée. La tête penchée sur le côté, on fait couler le liquide dans une narine et ressortir par l’autre, avant de se moucher délicatement pour éliminer poussières, mucus et autres particules polluantes, et pour dégager les voies respiratoires.

Chantez le mantra sacré !

« Le son “om” (ou “aum”) est la syllabe première, celle qui a créé le monde, et dans laquelle tout est contenu », explique Samuel Ganes, thérapeute ayurvedique. Chantée en cours de yoga, elle fait intervenir une respiration profonde, et résonne du larynx aux lèvres, en passant par le pharynx, la bouche et les sinus, comme une caresse sonore apaisante.

Un livre inspirant

A la fois présentation théorique et guide pratique, cet ouvrage vous aide à déterminer votre profil ayurvedique grâce à un test. Vous pouvez ensuite créer votre programme personnalisé d’exercices de respiration, de posture ou de méditation, et de rituels quotidiens pour améliorer votre santé et votre bien-être. Son auteur, Samuel Ganes, thérapeute ayurvédique, est spécialisé dans les pranayama, les méthodes de respiration.

Mon Coach ayurvéda, Samuel Ganes, éd. Eyrolles, 21 €.

Article paru dans le numéro Femme Actuelle Jeux Cocoon n°1 juillet-août 2021

A lire aussi :

⋙ Ayurvéda : 7 règles de diététique indienne à adopter à tous les repas

⋙ Ayurvéda : 5 réflexes à adopter au quotidien pour gagner en vitalité

⋙ Acupuncture, ayurveda, magnétisme : comment choisir sa médecine énergétique ?

Source: Lire L’Article Complet