Château de la Haute Borde, la maison d'hôtes rêvée dans la Vallée de la Loire | Vogue Paris

A la fois maison d’hôtes et résidence d’artistes, le Château de la Haute Borde vient d’ouvrir ses portes dans l’un des plus jolis coins de la Vallée de la Loire. Visite guidée. 

Mené par Céline Barrère et Cécile Simon, photographes, réalisatrices et DA à la tête de l'agence Barrereandsimon, le Château de la Haute Borde vient d'être inauguré à Rilly sur Loire. Rejoint sur ce projet par Violette Platteau, qui a d'abord fait ses armes dans l'univers de la culture, ce tandem a revampé cette ancienne bâtisse du XIXème, en une maison d'hôtes épurée qui fourmille de pépites design. Face à un grand parc peuplé de marronniers titanesques, d'un étang à remonter en barque, d'une piscine… Le lieu accueille également des événements et des artistes en résidence. L'occasion d'en apprendre un peu plus avec ce trio.

Le Château de la Haute Borde dans la Vallée de la Loire

Quelle est l’histoire du Château de la Haute Borde?
“Le château de la Haute Borde a été construit au début du XIXème. C'était d'abord une résidence agricole entourée de trois ou quatre fermes. Il a ensuite appartenu à des femmes dont une en particulier dans les années 30 qui y a organisé des événements culturels et artistiques. Puis il est devenu un hôtel-restaurant des années 50 aux années 90. Avant de devenir une maison de vacances et que nous le transformions de nouveau en une maison d'hôtes, une résidence d'artistes et un lieu où faire des évènements.”

Comment est né le projet d’en faire une maison d’hôtes et une résidence d'artistes? 
“Le projet d'en faire à la fois une maison d'hôtes et une résidence artistique est né conjointement. L'idée était de rendre la maison autonome financièrement tout en la rapprochant de la création. En plus de son aspect convivial, d'en faire un lieu d'échanges de rencontres autour de l'art et la nature. En séjournant au CHB, les hôtes soutiennent la résidence et donc la création.”

Quelle était l’inspiration lors de la rénovation? 
“Nous avons travaillé avec nos amis architectes Charles Marmion et Jeanne Lefrand du cabinet MPM pour concevoir un lieu sain, élégant et paisible. Nos inspirations sont multiples et éclectiques, du brutalisme aux années 50, nous avons mélangé les genres pour créer un univers unique et riche.”

Quelles sont ses matières?
“Comme nous sommes persuadées que les matières qui nous entourent participent au ressenti d'un lieu, nous avons mis un point d’honneur à n'utiliser que des matières naturelles et vivantes. A l'image des chapes en chanvre et chaux, des plâtres, des briques, des marbres ou encore du sol en cocciopesto une technique qui est utilisée dans les palais italiens et qui mêle de l'argile concassée incrustée de marbre et d’éclats de coquillages. Nous avons donc collaboré avec des artisans locaux, soucieux de l’écologie et de préserver un savoir-faire.”

Et ses couleurs?
“Les couleurs sont aussi naturelles et chaudes. On y trouve un camaïeu d’ocres, de roux qui répondent a la verdure environnante, ou encore des beiges. Les salons du bas sont blancs pour laisser de la place aux œuvres lors de nos expositions.”

Un grande partie du mobilier a été chiné, comment avez-vous sélectionné toutes ces pièces? 
“Tout le mobilier, à l’exception de la literie, a été chiné, par goût et dans un souci écologique. Certains meubles, comme le bureau Royere où les salons Arbus font partis de la collection de Jacques Barrère et nous sont confiés. Nous avons travaillé avec la décoratrice Erin Korus pour le choix des luminaires et de la petite décoration, à la fois en brocante, notamment chez Julie Barrau, dont nous apprécions particulièrement la sélection, et sur des sites comme Selency. Enfin, nous sommes également parties en Hollande avec nos architectes pour dénicher des pièces originales. Comme notre canapé Martin Visser, nos suspensions boule ou des bancs et chaise Art & Craft typique du pays.”

A quoi ressemble une journée type au Château de la Haute Borde?
“Nous débutons la journée en allant ouvrir aux poules, puis nous allons récolter nos produits dans potager. Nous préparons le petit-déjeuner pour tout le monde et nous le prenons avec les artistes. Le matin, chacun est sur son ordinateur: on planifie les résidences, on pense aux prochains évènements, on passe des coups de fil. L'après-midi, on bricole, on jardine, on fait du tracteur, on va chercher nos produits chez les producteurs du coin, on cuisine. Il y a beaucoup de passage au château, des voisins, des amis, des amis d'amis, les hôtes, les artistes… On aime beaucoup recevoir tout ce monde et on passe beaucoup de temps à discuter et à échanger. En fin de journée on va souvent se baigner dans la Loire derrière le château, on prend une bouteille de vin et on fait un feu. Les autres jours, on boit des verres sur la terrasse avec les artistes, les amis et très souvent Jean-Claude le jardinier. Généralement on fait des grandes tablées, mais quand on en a marre de cuisiner, on va boire un verre chez Volupia, la guinguette d'à côté. On travaille beaucoup mais dans cet environnement il y a toujours un air de vacances.”

Comment décrire son ambiance?
“Tout le monde est plutôt d'accord pour dire que l'ambiance est excellente. Beaucoup de gens passent nous voir, beaucoup de rencontres, de dîners, de musique, de danse, de verres…”

Sa bande son? 
Elle est ici.

Votre chambre préférée?
“On les aime toutes.”

3 lieux a recommander dans le coin? 
Volupia, sur la route d'Amboise, une cave à vin/guinguette installée sur les bords de Loire. Ils proposent des planches délicieuses de produits locaux (comme du silure de Loire…) et leur carte de vins de Loire est très bien élaborée. Sans oublier que les couchers de soleil y sont incroyables. Sinon L'Herbe rouge à Valaire. On y mange très bien et local. Le coin est joli et l'équipe très sympathique. Et enfin Le Garage, un centre d'art contemporain à Amboise.”


Source: Lire L’Article Complet