Christèle (5 mamans incognito): "Je ne me sens pas du tout déconnectée de ma fille"

À 47 ans, cette maman de deux enfants dont Fanny, 19 ans, a vécu pendant trois semaines comme une jeune de 20 ans. Une expérience enrichissante à découvrier su TFX, jeudi 15 octobre, à 21h05 dans Vingt ans à nouveau: 5 mamans incognito.

Pourquoi avez-vous accepté de participer à cette émission de télé-réalité, 20 ans à nouveau ?

Christèle : Pour ma fille, Fanny. C’était important pour elle parce qu’en tant qu’écolo et végane, elle avait la possibilité de parler de l’urgence face à l’environnement. L’émission nous a été présentée comme un divertissement sociétal avec cinq binômes mère/fille et cinq thèmes de société abordés dont celui de l’écologie. J’ai hésité quand Fanny m’a dit que les mamans participantes pourraient être larguées par rapport à leur fille car ce n’est pas mon cas. Je ne me sens pas du tout déconnectée de Fanny.

C’est-à-dire ?

Je l’accompagne, je la comprends et on discute beaucoup. Cette émission m’a fait découvrir d’autres types de jeunes de 20 ans et des activités dont je n’avais pas idée. J’avais aussi envie de porter un discours rassurant pour les parents qui se sentent largués face à un jeune qui, comme ma fille, a une conscience écolo ou un regard différent sur la nourriture, leur dire qu’ils ne vont pas s’abîmer la santé, qu’il faut leur faire confiance s’ils le font en pleine conscience et s’ils sont bien accompagnés.

Pensez-vous qu’avoir 20 ans à votre époque, au début des années 1990, était mieux que d’avoir 20 ans maintenant ?

Je ne sais pas. L’environnement social d’aujourd’hui me paraît plus anxiogène qu’à mon époque. J’avais plus d’espoir pour l’avenir. Maintenant, tout va si vite. Les jeunes ont moins de repères et doivent tout réinventer. Je ne sais pas s’ils vont pouvoir vivre ce qu’ils veulent vraiment ou s’ils vont devoir vivre en réaction. Vont-ils se dire qu’ils ne peuvent pas s’autoriser à rêver car il faut d’abord réparer la planète avant de pouvoir rêver d’avoir un enfant, par exemple ?

Existe-t-il un fossé de génération entre vous et votre mère ? Et entre vous et votre fille ?

Non. J’ai toujours communiqué, avec mes parents et avec mes filles. On n’est pas là pour leur mettre des bâtons dans les roues mais pour les accompagner. Ce n’est pas une histoire d’époque mais d’état d’esprit et de caractère. Parfois, on n’est pas d’accord avec eux et on réagit dans un premier temps avec de la peur. Mais ensuite, il faut mettre cette peur de côté, les écouter et leur faire confiance.

Cette émission a-t-elle changé votre relation avec votre fille ?

Elle m’a impressionnée. J’ai déjà énormément de respect pour elle. J’admire d’autant plus son authenticité et elle m’inspire encore plus. Elle ne se laisse influencer par personne, ne donne de leçon à personne, elle est juste. Elle vit selon ses valeurs et elle fait les choses.

Source: Lire L’Article Complet