Chronologie des médias : Qu'est ce que c'est et pourquoi sa réforme fait débat ?

Le gouvernement laisse encore quelques semaines aux acteurs de la filière cinématographique et audiovisuelle pour trouver un accord. Laisser sa place aux plateformes de streaming sera-t-il un geste salvateur pour le cinéma français ? On vous explique les enjeux. 

Cinéma, télévision, DVD, streaming, c’est la chronologie des médias qui régit l’ordre de sortie des films sur ces différents supports d’exploitation. Pour le moment, les plateformes de streaming en France doivent attendre 36 mois après la sortie d’un film pour le diffuser, et c’est ce système que va changer la réforme. Le projet ? Avancer cette période à 12 mois au lieu de 36, en échange d’une obligation d’investissement dans la production française à hauteur de 20 à 25 % de leur chiffre d’affaires dans le pays. “Il est dans l’intérêt de toute la filière que vous aboutissiez rapidement à cet accord”, a déclaré Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture, pendant le festival de Cannes et prévient qu’en cas d’échec “le gouvernement tranchera à la fin de l’été”. Alors pourquoi cette réforme fait-elle polémique ?

Toujours pas d’accord sur la réforme de la chronologie des médias https://t.co/Ref2sQK1zb

C’est notamment le groupe Canal+ qui n’est pas satisfait de cette réforme, lui qui a aujourd’hui la première fenêtre de diffusion du cinéma après la salle, à huit mois. Le groupe français souhaite alors garder une avance de neuf mois sur les plateformes – au minimum – malgré les futurs changements. “Il est important de préserver la place de Canal+, nous verrons ce qu’il propose financièrement pour obtenir la fenêtre qu’il convoite. Mais s’il n’y a pas d’accord, nous nous tournerons vers les plateformes”, a expliqué un professionnel du milieu à nos confrères des Échos. Avec cette réforme permettant de travailler plus avec les plateformes américaines, l’industrie du cinéma français cherche donc à diversifier ses sources de financement afin de moins dépendre de Canal+. Une période décidément difficile pour le groupe récemment pointé du doigt pour avoir censuré un documentaire sur le sexisme afin de protéger Pierre Ménès.

Source: Lire L’Article Complet