Comment se débarrasser des pellicules : les meilleures solutions naturelles

D’où viennent les pellicules ? Comment atténuer un état pelliculaire ? Quels remèdes naturels essayer ? On vous explique tout.

Restez informée

D’où viennent les pellicules ?

À l’origine des pellicules, ces petites écailles blanchâtres que l’on peut trouver dans les cheveux et qui peuvent se déposer sur les vêtements, il y a un phénomène d’hyper-séborrhée : «  l’hyper-séborrhée correspond à une production anormalement importante de sébum au niveau du cuir chevelu  » clarifie le Pr. Marie-Aleth Richard, médecin dermatologue.

 » Cet excès de sébum favorise la prolifération de petits champignons naturellement présents à la surface de la peau. Ces champignons (qui appartiennent à la famille des levures Malassezia) se nourrissent du sébum et profitent de la chaleur du cuir chevelu pour se développer. « 

Résultat : on voit apparaître des squames plus ou moins épaisses (les fameuses pellicules) qui peuvent même faire penser à un psoriasis, et cette desquamation peut s’accompagner de démangeaisons plus ou moins importantes.

À savoir. Les pellicules surviennent peu chez l’enfant : on les observe plutôt chez l’adolescent et chez l’adulte. Les hommes sont plus touchés que les femmes puisque la production de sébum (séborrhée) est sous le contrôle d’hormones masculines.

Et aussi…  » Certaines pathologies et certains traitements médicamenteux (comme la maladie de Parkinson, certains antidépresseurs, certains neuroleptiques…) augmentent le risque de développer des pellicules  » souligne le Pr. Marie-Aleth Richard.

Traitements : comment les pellicules sont-elles prises en charge ?

En cas d’état pelliculaire simple à modéré, un shampooing anti-pelliculaire peut suffire. Les shampooings anti-pelliculaires (qui s’achètent en pharmacie ou en parapharmacie, sans ordonnance) sont formulés à partir de zinc pyrithione, de piroctone olamine, de sulfure de sélénium, ou encore d’acide salicylique. Ils ont une action antifongique et antiproliférative (pour empêcher la prolifération de la levure), mais aussi anti-inflammatoire (pour agir contre les démangeaisons du cuir chevelu).

En cas d’état pelliculaire plus important, le médecin dermatologue pourra prescrire un traitement par voie cutanée ; il s’agit d’une lotion à base de corticoïdes ou à base de corticoïdes et d’acide salicylique.

Attention ! Si les pellicules sont grasses et jaunâtres, voire associées à une inflammation (rougeur) et à des démangeaisons du cuir chevelu, on parle de dermite séborrhéique.  » En cas de dermite séborrhéique, on peut aussi observer des squames au niveau des sourcils, des ailes du nez, voire du menton  » précise le Pr. Marie-Aleth Richard.

Merci au Pr. Marie-Aleth Richard, dermatologue au CHU de Marseille.

Pellicules : 3 traitements naturels à essayer

Attention ! Les remèdes naturels proposés ci-dessous ne peuvent en aucun cas se substituer à un traitement médical  » classique « . Le mieux, si vous souffrez de pellicules, reste de prendre rendez-vous chez votre médecin traitant ou chez votre dermatologue.

Aromathérapie. Dans un flacon vide et propre de 50 mL, versez 2 gouttes d’huile essentielle de palmarosa (Cymbopogon martini, qui est antibactérienne et antifongique), 4 gouttes d’huile essentielle de cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica, qui est anti-inflammatoire et circulatoire), 4 gouttes d’huile essentielle de Tea Tree (Melaleuca alternifolia, qui est antifongique) et 6 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie (Lavandula officinalis, qui est calmante et antifongique).

Complétez avec du shampooing neutre et mélangez bien. Utilisez 1 à 2 fois par semaine en laissant poser 2 à 3 min sur les cheveux avant de rincer abondamment. Attention : ce shampooing est interdit pendant la grossesse et l’allaitement, ainsi que chez l’enfant.

Homéopathie. Contre les pellicules, l’homéopathie propose de prendre 3 granules 3 fois par jour de Phosphoricum acidum 9 CH.

Phytothérapie. Pour calmer les démangeaisons qui caractérisent souvent l’état pelliculaire, on peut faire appel à des compresses préparées à partir de plantes dotées de propriétés anti-prurit, apaisantes, astringentes et anti-inflammatoires.

Les bons choix : la bardane (feuille ou racine), le plantain majeur (feuille), l’aigremoine (partie aérienne), le bouillon blanc (feuille et fleur), l’alchémille (fleur), la camomille romaine (fleur), la guimauve (racine), le calendula (fleur) ou encore la camomille matricaire (fleur).

En pratique : on met 3 à 4 c. à s. de la plante choisie dans ½ L d’eau et on laisse frémir sur le feu pendant 10 à 15 min. On laisse refroidir puis on imbibe des compresses et on tamponne le cuir chevelu plusieurs fois par jour.

Sources :

Société Française de Dermatologie

Le guide Terre Vivante de la santé au naturel – Dr. Christine Cieur, éd. Terre Vivante

Source: Lire L’Article Complet