Covid-19 : la maladie entrainerait des problèmes d’audition

Eruptions cutanées, perte d’odorat et de goût… La Covid-19 se manifeste par des symptômes divers et variés. Une récente étude vient d’en dévoiler un nouveau : l’aggravation, voire même l’apparition, d’acouphènes.

Publiée dans la revue Frontiers in Public Health le vendredi 6 novembre 2020, l’étude a été menée par l’Université Anglia Ruskin (ARU), avec le soutien de la British Tinnotus Association et de l’American Tinnitus Association. Elle a impliqué 3 130 participants de 48 pays différents, dont la grande majorité venait du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

Au regard des résultats, les scientifiques ont estimé qu’environ 40% des personnes qui souffraient d’acouphènes avant le début de leur infection à la Covid-19, les voyaient s’aggraver pendant la maladie. Ainsi, le virus serait bien à l’origine de problèmes d’audition.

Des acouphènes exacerbés ou nouveaux

L’acouphène se définit comme une sensation auditive anormale (bruit, sifflement, bourdonnement) qui n’est pas provoquée par un son de l’environnement. Les acouphènes ne sont pas une maladie, ce sont des symptômes d’un dysfonctionnement lié au système auditif, qui peuvent être ressenti dans une ou les deux oreilles, généralement associés à une perte de l’audition.

Au Royaume-Uni, ces derniers touchent environ un adulte sur huit et sont associés à une diminution du bien-être émotionnel, à la dépression et à l’anxiété. En effet, entendre des acouphènes en continu, de jour comme de nuit, peut fatiguer physiquement et psychologiquement la personne atteinte.

Bien que l’étude se soit concentrée sur les personnes souffrant d’acouphènes préexistants, un petit nombre de participants ont cependant déclaré que ceux-ci sont apparus simultanément aux symptômes de la Covid-19, ce qui suggère que les acouphènes pourraient être un symptôme des affections dites “Covid-long” dans certains cas.

Le King’s College de Londres a déjà publié une liste de 170 symptômes de longue durée, qui comprennent également l’audition de sons étranges la nuit, des acouphènes, des bourdonnements d’oreilles et des claquements d’oreilles.

Des facteurs internes et externes à considérer 

L’ étude a également révélé qu’une grande partie des personnes interrogées pensent que leurs acouphènes se sont aggravés à cause des mesures de distanciation sociale mises en place pour aider à contrôler la propagation du virus. Ces mesures ont entraîné des changements importants dans les habitudes de travail et de vie. Un problème plus fréquent au Royaume-Uni, où le confinement est plus strict.

Ainsi, 46 % des personnes interrogées au Royaume-Uni déclarent que les changements de mode de vie avaient eu un impact négatif sur leurs acouphènes, contre 29 % en Amérique du Nord.

Les inquiétudes internes telles que la peur d’attraper la Covid-19, les soucis financiers, la solitude et les troubles du sommeil ont contribué à rendre les acouphènes plus gênants pour 32 % des personnes dans l’ensemble.

Des facteurs externes tels que l’augmentation des appels vidéo, des environnements domestiques plus bruyants, l’enseignement à domicile et l’augmentation de la consommation de café et d’alcool étant également cités par les répondants.

Les femmes et les moins de 50 ans ont trouvé les acouphènes beaucoup plus gênants.

L’auteur principal, le Dr Eldre Beukes, chercheur à l’université Anglia Ruskin (ARU) à Cambridge en Angleterre et à l’université Lamar au Texas, a déclaré que “les résultats de cette étude mettent en évidence les complexités associées à l’acouphène et la manière dont les facteurs internes, tels que l’augmentation de l’anxiété et le sentiment de solitude, et les facteurs externes, tels que les changements de routine quotidienne, peuvent avoir un effet significatif sur la maladie.”

Un retard dans la prise en charge dû à l’épidémie 

L’étude a également noté que la pandémie Covid-19 a non seulement augmenté la gravité des symptômes d’acouphènes, mais a également rendu plus difficile l’accès aux soins de santé pour cette maladie. Cela pourrait accroître encore la détresse émotionnelle et aggraver les symptômes d’acouphènes, créant ainsi un cercle vicieux. 

David Stockdale, directeur général de la British Tinnitus Association et co-auteur de l’étude, a déclaré qu’”un mauvais traitement des acouphènes à un stade précoce conduit souvent à des cas bien plus graves et les acouphènes graves peuvent avoir un impact énorme sur la santé mentale. C’est pourquoi, alors que la deuxième vague de la Covid-19 se met en place, le système de santé doit s’assurer que toute personne qui développe des acouphènes ou voit son état s’aggraver puisse avoir accès au plus vite à l’aide médicale professionnelle dont elle a besoin.”

  • Propagation de la Covid-19 dans l’air : quels risques de contagion dans les lieux clos ?
  • Covid-19 : comment le virus affecterait notre cerveau

Source: Lire L’Article Complet