Covid-19 : le variant Delta risque-t-il de gâcher notre été ?

Lundi, le Royaume-Uni a reporté la levée de ses dernières restrictions sanitaires. En cause, la multiplication inquiétante de cas de personnes ayant contracté le variant Delta. ELLE vous en dit plus sur cette forme du virus, et sur la menace qu’elle pourrait représenter pour le déconfinement français.

Outre-Manche, il pourrait bien retarder les plans de tous les Britanniques. Le variant Delta gagne du terrain au Royaume-Uni, assez pour inquiéter les autorités. Le Premier ministre Boris Johnson a ainsi annoncé ce lundi que la dernière phase du déconfinement au Royaume-Uni n’aura finalement pas lieu le 21 juin, mais le 19 juillet, compte tenu de la situation épidémique. En effet, le nombre de cas positifs au Covid-19 a fortement augmenté dans le pays, suite à la propagation rapide de ce variant, qualifiée de « très préoccupante » par le Premier ministre. Le variant Delta serait désormais responsable de 90% des nouveaux cas de contamination, ce qui a motivé le décalage de cette dernière étape du déconfinement (qui comportait la réouverture des discothèques, des salles de concert et la fin des règles de distanciation), après de nombreuses hésitations. 

Lire aussi >> C’est mon histoire : « Le coronavirus m’a ouvert les yeux sur mon mari »

Un variant plus résistant aux anticorps 

Le variant dit « indien », renommé Delta par l’OMS, a été repéré pour la première fois en Inde en octobre 2020, avant de gagner au moins 44 pays. En mai, il a été classé par l’OMS comme « variant préoccupant », rejoignant dans cette catégorie la plus élevée les variants britannique, sud-africain et brésilien. Le variant Delta a notamment pour caractéristique une transmissibilité du virus plus élevée. Autrement dit, il est plus contagieux, ses mutations étant particulièrement résistantes aux anticorps (il serait 60% plus contagieux que le variant Alpha, dit « britannique », qui a fait du Royaume-Uni le pays d’Europe le plus touché par la pandémie, avec plus de 128 000 morts). Ses symptômes sont similaires à la forme « originelle » du Coronavirus.  

Vidéo: Où en est la progression du variant Delta en France? (Dailymotion)

Après des vagues extrêmement fortes de propagation du virus, le Royaume-Uni avait lancé une campagne de vaccination éclair. Ainsi, 79 % de la population adulte britannique a reçu une première injection, mais ce chiffre tombe à 56,6 % concernant la deuxième dose. Or, le variant Delta montre une grande capacité à infecter les personnes n’ayant reçu qu’une seule dose de vaccin, selon une étude menée par les autorités de santé, le Public Health England (PHE). 

Toujours selon cette étude, le vaccin de Pfizer-BioNTech était efficace à 88 % contre le variant Delta deux semaines après la deuxième dose (comparé à une efficacité de 93 % contre le variant Alpha), alors que, sur la même période, le vaccin d’AstraZeneca était efficace à 60 % (contre 66 % contre le variant Alpha). 

C’est pourquoi Boris Johnson souhaite attendre encore un peu avant de déconfiner totalement, afin qu’un maximum de Britanniques aient reçu leur deuxième dose.  

Combien de cas en France ?  

En France, certains s’inquiètent de la possibilité d’un rebond épidémique, provoqué par le variant Delta. Cette nouvelle forme de virus est déjà présente sur le territoire. Plusieurs cas auraient été recensés à Tours, à Strasbourg, en PACA et dans les Landes notamment.  

Selon le ministre de la Santé Olivier Véran, en déplacement dans un centre de vaccination du XVe arrondissement de Paris ce mardi matin, le variant Delta représenterait pour l’instant 2 à 4% des tests positifs en France, soit entre 50 et 150 nouveaux diagnostics chaque jour. « C’est peut-être encore peu, mais c’était la situation anglaise il y a quelques semaines » a insisté Olivier Véran, qui appelle à « ne pas relâcher notre vigilance collective. […] Ce n’est certainement pas le moment. […] L’exemple de nos voisins anglais doit nous enjoindre encore à la prudence, au courage, à la solidarité » a-t-il ajouté.

Source: Lire L’Article Complet