Covid-19 : troisième dose pour les femmes enceintes ? Les recommandations des gynécologues

Avec la hausse des cas de Covid-19, les femmes enceintes devront-elles recevoir une troisième dose de vaccin ? Deux sociétés savantes de gynécologie font part de leurs recommandations dans un rapport publié ce mercredi.

Restez informée

Dans un communiqué publié le mercredi 17 novembre, le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) et le Groupe de Recherche sur les Infections pendant la Grossesse (GRIG) recommandent l’élargissement de la campagne de rappel de vaccin aux femmes enceintes.

Les deux comités appellent en effet à administrer une troisième dose à toutes les femmes enceintes et ce « quel que soit le terme de la grossesse« .

La vulnérabilité des femmes enceintes justifie une troisième dose de vaccin

Afin de justifier une potentielle troisième dose de vaccin contre le Covid-19 pour les femmes enceintes, le CNGOF et le GRIG insistent sur la « vulnérabilité » de ces dernières face au virus. Elles sont reconnues comme un « groupe à risque de formes graves« , selon la Haute Autorité de Santé (HAS) et le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) : le risque d’admission en soins intensifs d’une femme contaminée par le Covid-19 est en effet « multiplié par 18« .

Pour le CNGOF et le GRIG, il est donc nécessaire de procéder à cette dose de rappel dès lors que le schéma initial de vaccination date de « plus de six mois« . Les deux sociétés savantes de gynécologie recommandent également la vaccination pour les femmes enceintes au regard de la « baisse de l’immunité dans le temps« . Le Covid-19 étant une maladie qui peut s’avérer très grave pendant la grossesse, elles affirment que les vaccins sont sûrs et surtout efficaces : « Des études ont montré que les femmes enceintes vaccinées sont moins souvent infectées« .

Une première sensibilisation à l’importance de la vaccination pour les femmes enceintes

En juillet dernier, le CNGOF et le GRIG insistaient déjà sur l’importance de la vaccination pour les femmes enceintes, notamment lorsqu’elles sont atteintes de comorbidités. Dans leur dernier rapport, les deux instances réaffirment leur position et rappellent ainsi qu’il est « prouvé que la vaccination protège la femme enceinte« .

Enfin, « les études n’ont pas montré d’effet tératogène des vaccins, ni aucun effet sur la reproduction » assurent les deux instances. Alors que la troisième dose est déjà disponible pour les personnes de plus de 65 ans et celles atteintes de comorbidités, les recommandations du CNGOF et du GRIG vont dans le sens d’une potentielle disponibilité prochaine pour les femmes enceintes.

Source: Lire L’Article Complet