Crise cardiaque : avoir mauvais caractère vous fait courir plus de risques, découvrez pourquoi

Selon une récente étude américaine, l’hostilité augmenterait les risques d’avoir une seconde crise cardiaque. Pour les scientifiques, l’humeur joue un grand rôle sur le stress, les hormones anxieuses et la tension artérielle.

Restez informée

Être de mauvaise humeur voire hostile pourrait avoir de graves conséquences sur notre santé cardiaque. Dans une étude, publiée dans The European Journal of Cardiovascular Nursing, des chercheurs américains de l’Université du Tennessee, Knoxville ont constaté un lien entre l’hostilité et les crises cardiaques. Selon eux, ce trait de caractère est associé à un risque accru de maladies et d’accidents cardiaques.

Crise cardiaque : la mauvaise humeur, un facteur de risque ?

Pour les besoins de l’étude, les scientifiques ont suivi 2.321 participants déjà victimes d’une première crise cardiaque pendant 24 mois. La moyenne d’âge était d’environ 67 ans et la majorité des volontaires étaient des hommes (68%).

“L’hostilité est un trait de personnalité qui comprend le sarcasme, le cynisme, le ressentiment, l’impatience ou l’irritabilité. Il ne s’agit pas d’un événement ponctuel, mais d’un trait qui caractérise la façon dont une personne interagit avec les autres”, a expliqué le Dr Tracey Vitori, auteure principale de l’étude. Pour mesurer l’hostilité, les sujets ont dû remplir un questionnaire de personnalité. Près de 57%, d’entre eux ont été jugés comme hostiles.

Être positif favorise la bonne santé cardiaque

À l’issue de ce suivi, ils ont donc comparé le taux de survie au taux d’hostilité. Résultats : les personnes hostiles ont plus de risque d’avoir une nouvelle attaque cardiaque et d’en décéder qu’une personne optimiste. “Les individus hostiles ont des temps de coagulation plus longs, des niveaux d’adrénaline plus élevés, des taux de cholestérol et de triglycérides supérieurs à la normale et une réactivité cardiaque accrue”, précisent les chercheurs. L’humeur influencerait donc notre santé cardiaque. Pour les chercheurs, être optimiste diminue les hormones liées à l’anxiété comme l’adrénaline et le cortisol, le stress et la tension artérielle.

“Nous savons que le fait de prendre le contrôle des habitudes de vie améliore les perspectives des patients victimes d’une crise cardiaque et notre étude suggère que l’amélioration des comportements hostiles pourrait également être une démarche positive”, a complété le Dr Tracey Vitori. Pour appuyer ces résultats,, les scientifiques précisent néanmoins que des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Source: Lire L’Article Complet