Des pleurs pour sa rentrée en maternelle : comment le rassurer ?

L’heure de la rentrée a sonné. Mais pour vous, cela a tourné au "drame" lorsqu’au moment de vous quitter, votre enfant a fondu en larmes. Pas de panique, si ce premier contact avec l’école vous a semblé douloureux, cela ne devrait pas durer. Nos conseils pour le rassurer.

C’est banal et communicatif !

Pour commencer, il faut savoir qu’en règle générale, même si certains sont plus à l’aise que d’autres, la plupart des petits écoliers de maternelle pleurent le premier jour (surtout en petite section). 1,2,3… 10 ? Vous ne vous souvenez pas (car vous étiez trop occupée à consoler le vôtre), mais il est fort probable que la moitié de ses camarades pleuraient aussi ce matin ! D’ailleurs, cela n’a pas dû échapper au vôtre, qui a pu tout bêtement être pris par ce trop plein émotionnel matinal.

Et tellement compréhensif

Quel que soit le mode de garde que l’enfant ait connu l’année passée (nounou, crèche, etc.), il est normal qu’il soit partagé entre plusieurs sentiments : l’excitation de devenir “grand”, mais aussi l’appréhension de se retrouver en collectivité, dans un lieu inconnu et au milieu de visages qu’il n’a jamais vus. D’autant que ce matin, rentrée oblige, les parents étaient invités à accompagner leurs enfants directement dans la classe. Mais, imaginez ce que c’est pour un petit de 1 m de haut de se retrouver en quelques minutes entouré de ces “géants” envahissants… Nul doute qu’il ait été impressionné ! Mais rassurez-vous, si vous étiez la petite souris que vous rêvez d’être en ce moment-même pour observer votre enfant vous verriez que votre enfant va très bien. Une fois la porte de la classe fermée, les tout-petits oublient leur chagrin, comme par magie !

Maman stressée ? 

N’oubliez pas que les enfants perçoivent tous vos changements d’humeur. Peut-être que malgré les apparences, vous étiez un peu (ou rien qu’un tout petit peu) angoissée ce matin, en particulier au moment de la séparation. Et cela, il / elle a pu le sentir et s’angoisser à son tour… Pour vous aussi, c’est une étape. Votre enfant grandit et c’est normal que cela vous affecte. Alors, pour demain matin, respirez un bon coup histoire de ne pas communiquer votre stress.

Enfants joueurs ? 

Ah les enfants… Qu’ils sont doués pour nous amadouer et nous faire culpabiliser. Saviez-vous que de nombreux enfants fondent en larmes pour montrer combien leurs parents sont durs de les abandonner ! Et au contraire, d’autres pleurent, juste pour signifier à papa et maman qu’ils les aiment et ne pas leur faire de la peine, alors qu’au fond d’eux, ils sont tellement heureux de prendre le large ! 

Faire confiance à la maîtresse

Les pleurs, c’est (aussi) son job. Et surtout, elle est là pour veiller au bien-être des petits. Elle connait par coeur les paroles pour les rassurer ! De votre côté, n’hésitez à lui faire part de votre inquiétude si cela persiste… Et bien sûr prévenez-la dès maintenant s’il y a eu des changements ou événements familiaux qui pourraient être source d’angoisse (déménagement, arrivée d’un petit frère, séparation des parents, etc.)

Le Kit anti-stress

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

Dès demain, on joue la “maman cool”. On lui laisse dans le cartable son doudou ou un petit objet qui lui rappelle la maison. On ne parle pas des larmes de la veille. On fait un bisou rapide (rapide, on a dit) et on énonce la formule magique, à savoir : qui vient le chercher et quand / où vous le retrouvez le soir. Ça, c’est pour lui rappeler que ce n’est pas aujourd’hui que vous allez l’abandonner, même si vous travaillez loin de l’école. Et que, évidemment, vous allez revenir ! 

Source: Lire L’Article Complet