Doliprane, Spasfon… Trop de médicaments contiennent du dioxyde de titane !

Une nouvelle enquête confirme que le dioxyde de titane est toujours présent dans de (très) nombreux médicaments en France, alors que cet additif est suspecté d’être cancérogène et a été supprimé de notre alimentation depuis 2020.

Restez informée

Nom de code : E171. Cet additif a été traqué et (enfin) interdit dans l’alimentation depuis 2020. Il sera proscrit dans toute l’Union européenne à partir de 2022. Mais le dioxyde de titane s’avère encore présent dans de nombreux produits, entre autres les cosmétiques, dentifrices et… dans un tiers de nos médicaments ! C’est ce que révèle une enquête du nouveau magazine de consommation Kali. Une autre association de consommateurs, l’UFC-Que Choisir, avait déjà révélé en 2017 l’omniprésence de ce colorant contenant un grand nombre de nanoparticules potentiellement toxiques dans notre armoire à pharmacie et appelé les pouvoirs publics à agir. Mais en pratique, les laboratoires pharmaceutiques ont du mal à s’en passer. Ce dioxyde de carbone sert « à blanchir les médicaments ou à les rendre plus brillants », explique la rédactrice en chef de Kali,Christelle Pangrazzi, à nos confrères de France Info.

Ainsi, on le retrouve encore dans de nombreux médicaments du « quotidien », parfois vendus sans ordonnance. Spasfon, Doliprane, Imodium, Nurofen… Or ce E171, présent dans des proportions variables (et opaques) dans ces comprimés, est suspecté d’être cancérogène s’il est ingéré. Il est aussi, rappelons-le, cancérogène avéré s’il est inhalé, augmentant notamment le risque de cancer du poumon.

800 médicaments seraient concernés d’après l’étude du magazine Kali, qui en fait l’inventaire dans son numéro de janvier-février 2022.

Comment échapper au dioxyde de titane ?

Traquez la mention E171 en lisant attentivement la liste des excipients dans la notice de votre médicament ou appelez si besoin le service clients du laboratoire pharmaceutique. D’autres additifs sont également à éviter. Parmi eux, le dioxyde de silicium, l’argent, l’aluminium. Demandez à votre pharmacien s’il existe une alternative à la molécule qui ne contienne pas l’additif.

En revanche, si vous suivez un traitement et que vous constatez la présence de dioxyde de titane, ne l’arrêtez jamais sans en parler d’abord à votre médecin.

A lire aussi :

⋙ Additifs : découvrez combien vous en ingérez chaque année (et ça fait peur !)

⋙ 5 vérités sur les additifs alimentaires

⋙ Cet additif alimentaire perturberait le microbiote intestinal

Source: Lire L’Article Complet