Dominique Boutonnat, président du CNC, visé par une plainte pour agression sexuelle et tentative de viol

Dominique Boutonnat, 51 ans, président du Centre national du Cinéma et de l’Image animée (CNC) est en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine), dans le cadre d’une enquête préliminaire, depuis ce mercredi 10 février. Son filleul, âgé de 22 ans, a porté plainte contre lui pour agression sexuelle et tentative de viol en octobre dernier, a révélé BFMTV, ensuite confirmée par l’Obs.

Les faits se seraient déroulés en août 2020, alors qu’il était en vacances en Grèce avec son parrain, et la famille de celui-ci. Une enquête a été ouverte par le parquet de Nanterre, confiée à la police judiciaire des Hauts-de-Seine, précise BFMTV.

Tentative de viol lors d’un séjour en Grèce

Surnommé Alexis par l’Obs, le jeune homme âgé de 22 ans est le fils d’une amie de Dominique Boutonnant, dont il a toujours été “très proche”, cite le magazine. C’est à lui, et à sa mère, qu’il a fait son coming out en premier, leur disant être homosexuel.

L’Obs, qui a pu consulter la plainte d’Alexis, explique que les faits racontés sont détaillés. Le jeune homme a été invité à passer des vacances avec Dominique Boutonnat, son épouse, et leurs enfants, sur l’île grecque de Kéa, où il possède une demeure. Là, le producteur de cinéma aurait “incité son filleul à se baigner nu”, et “à boire beaucoup”. 

Un soir, la famille, et une autre invitée, va au restaurant. Plus tard, tout le monde part se coucher, sauf Dominique Boutonnat et Alexis, qui restent dans la piscine. À 6 heures du matin, alors que le jeune homme en sort pour aller se coucher, il “raconte avoir senti sa serviette tomber, puis une première étreinte de la part de Dominique Boutonnat”, relaie l’Obs.

Puis, Alexis “explique l’avoir repoussé, prétextant une envie de dormir.” Dans sa chambre, son parrain aurait tenté de le violer : Dominique Boutonnat “se serait cette fois montré très insistant, tentant de le masturber, puis de lui imposer une fellation. Alexis dit avoir d’abord été sidéré avant de le repousser et de réussir à se dégager de son étreinte”, résume encore le magazine. 

“Descente aux enfers”

Le lendemain, Alexis est malade, et Dominique Boutonnat raconte aux autres vacanciers qu’il était “ivre mort” la veille. Le jeune homme évite son parrain, et rentre à Paris.

Là, “il dépérit”, écrit l’Obs. Dans sa plainte, le jeune homme âgé de 22 ans décrit une “descente aux enfers” : “perte de poids, crises d’angoisse, pensées suicidaires”. Il confie à ses amis et à ses parents l’agression sexuelle et la tentative de viol, et ceux-ci demandent des explications à son parrain. 

Là, Dominique Boutonnat explique par message que “tout le monde va s’en remettre”, mais que lui sera “un homme mort” “si l’affaire est ébruitée”.

Au Monde, Maître Emmanuel Marsigny, l’avocat du patron du CNC déclare que son client “conteste avoir commis quelque infraction que ce soit, il est tout à fait serein sur l’issue de cette procédure”.

De son côté, l’avocate d’Alexia, Me Caroline Toby, déclare à l’Obs : “Dominique Boutonnat était une figure paternelle, et cet ascendant sur mon client l’a placé en incapacité de résiste.”

Selon l’Obs, la procédure lancée en octobre s’est “subitement” accélérée à la mi-janvier, après la publication de La familia grande, dans lequel Camille Kouchner accuse le constitutionnaliste Olivier Duhamel d’inceste envers son frère jumeau, quand ils étaient adolescents, dans les années 80. 

  • Affaire Duhamel : Frédéric Mion, directeur de Sciences Po Paris, démissionne
  • #MeTooInceste : sur les réseaux sociaux, des milliers de victimes brisent le tabou

Dominique Boutonnat, figure du cinéma français 

En juillet 2019, Dominique Boutonnat a été nommé à la tête du CNC par Emmanuel Macron, dont il est un proche soutien. Le CNC est une institution publique, liée au ministère de la Culture, qui réglemente les oeuvres cinématographiques, mais aussi, accorde des financements à des projets de films, courts-métrages, documentaires, aussi bien au cinéma qu’à la télévision, mais aussi, en ligne.

En octobre 2020, à la suite de la plainte d’Adèle Haenel contre le réalisateur Christophe Ruggia pour harcèlement et attouchements sexuels, Dominique Boutonnat annonce le lancement d’une formation obligatoire pour prévenir les violences sexuelles, destinée aux employeurs du cinéma et de l’audiovisuel souhaitant obtenir des aides du CNC. 

Avant cela, ce dirigeant d’entreprise est passé par Axa, mais aussi, la Croix-rouge et le WWF, avant de se tourner vers le cinéma à la fin des années 2000. En un peu plus de dix ans, il participe au financement de 250 oeuvres, dont de nombreux succès du cinéma français des dix dernières années, comme L’Arnacoeur (2010), Intouchables (2011), Polisse (2011), Réparer les vivants (2016) ou plus récemment, Le Chant du loup (2019). Il a été décoré de la Légion d’honneur. 

  • Gérard Louvin et Daniel Moyne visés par quatre autres plaintes pour violences sexuelles sur mineurs
  • “Il me montrait comment son sexe pouvait bouger” : la fille aînée de Richard Berry réitère ses accusations d’inceste

Source: Lire L’Article Complet